4

Chronique n°297 : Le monde enfin

Science-Fiction

Auteur : Jean-Pierre Andrevon
Date de parution : juin 2021
Maison d’édition : Hélios (Actu SF)

Résumé : Un vieil homme à cheval parcourt la France, vidée de ses habitants comme la totalité de la planète, à la suite d’une pandémie foudroyante quarante-cinq ans plus tôt.
En chemin, il traverse des villes envahies par la végétation et peuplées par des animaux sauvages, ainsi que quelques communautés de survivants octogénaires. Au crépuscule de sa vie, égrenant ses souvenirs, il veut une dernière fois voir la mer.

Lire la suite
12

Chronique n°296 : Among us, un traître dans l’espace

Science-Fiction

Autrice : Laura Rivière
Date de parution : avril 2021
Maison d’édition : 404 Editions

Résumé : Dix astronautes, un imposteur pour les éliminer tous… Bienvenue à bord du vaisseau spatial le plus meurtrier de tous les temps ! V. est un jeune astronaute embarqué à bord d’un vaisseau de patrouille. Le job est tranquille et surtout très routinier. Ses journées sont partagées entre les repas communs à la cafétéria et les tâches obligatoires : vérification des installations électriques, alignement des télescopes, nettoyage des filtres à oxygène… V. et ses coéquipiers ont de quoi s’occuper !
Mais lorsqu’un astronaute est tué dans l’infirmerie et qu’un second cadavre est retrouvé aux boucliers, le rêve tourne au cauchemar. Un imposteur s’est glissé parmi les membres d’équipage, et il a bien l’intention de les tuer jusqu’au dernier !

Lire la suite
12

Chronique n°295 : Peine Ombre


Peine Ombre

Fantasy

Autrice : Ariel Holzl
Date de parution : juin 2021
Maison d’édition : 404 Editions

Résumé : Et si une Éclipse faisait basculer le monde dans les ténèbres ? Tous les trente ans, les ténèbres infectent les terres d’Astravia, empoisonnent les vivants et les transforment en monstres. Mais elles accordent aussi aux nouveau-nés des pouvoirs quasi-divins. On les appelle les Éclipsiens et Livianne Palumbre est de ceux-là. Elle sait écouter les ombres depuis toujours et s’occupe de défendre les baronnies locales. Un jour, lors d’une banale chasse aux miasmes, l’Éclipse s’abat sur Astravia avec une décennie d’avance.

Lire la suite
4

Chronique n°294 : Binti 2 La mascarade nocturne


Binti 2

Science fiction

Autrice : Nnedi Okorafor
Date de parution : juin 2021
Maison d’édition : ActuSF

Résumé : Les cauchemars qui hantent les nuits d’Isidora tissent uneDe retour sur Terre après son année passée à l’université intergalactique d’Oomza, la jeune Binti n’en a pas fini avec les surprises. Elle vient d’apprendre qu’elle est la descendante des Enyi Zinariya, un peuple extraterrestre, et elle se retrouve désormais capable de communiquer sans technologie tierce à travers de grandes distances.

Lire la suite
14

[Japon#4]Nikko, Nara et Osaka

Hello les abricots ! On continue de vous raconter notre voyage au Japon, et cette fois on quitte la capitale pour explorer trois villes qui nous ont beaucoup marqué ! C’est parti mon kiki pour Nikko, Nara et Osaka !

Nikko : le japon traditionnel à quelque pas de Tokyo

Accessible via Tokyo (de la gare Asakusa), c’est à environ 1h45 de train de la capitale (à 140km). Si vous êtes à Tokyo en automne, on vous conseille grandement d’inclure ce passage dans votre séjour, le décor et les temples sont magnifiques avec les feuilles rouge et orange. Au printemps aussi ça doit envoyer du pâté d’ailleurs. Et puis durant les autres saisons il y a peut-être moins de touristes donc ça doit être sympa aussi !

Nikko est une destination touristique connue pour son parc national abritant temples, sanctuaires et autres bâtiments traditionnels (inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco)… tout ça au sein de magnifiques forêts à flanc de montagne (oui ça monte un peu, préparez vous mentalement).

Nous n’étions pas véhiculées (on est venu en train de Tokyo), mais même sans avoir de voiture, on peut accéder au parc et à de nombreux lieux touristiques. De quoi occuper une bonne journée déjà ! Mais c’est facilement un endroit où on pourrait rester plusieurs jours pour profiter de tout ce qu’il a à offrir (il y a plein d’autres lieux à visiter dans les montagnes).

A noter qu’il y a des bus qui font le circuit entre les lieux touristiques donc vous n’êtes pas obligé de tout faire à pied (enfin, faut aimer être compressé contre les autres touristes par contre, parce qu’ils étaient hyper bondés les bus qu’on a croisé).

Voici ce qu’on a pu y voir :

  • Le pont Shinkyo : le premier arrêt obligatoire, juste avant d’entrer dans le parc du sanctuaire. On ne peut pas le louper, c’est là où il y a tous les touristes. C’est un vieux pont au dessus d’un joli torrent de montagne (la rivière Daiya). La photo hyper clichée d’un Japon tradition et pittoresque, c’est ici que ça se passe.
  • Le sanctuaire Tosho (Tosho-gu), dédié au shogun Tokugawa Ieyasu, célèbres pour ses bâtiments magnifiques aux multiples décorations et sculptures, et aussi à la représentation des trois singes de la sagesse aux dessus des écuries. En gros, ici, c’est grand et doré ! (mais nous on a surtout retenu la montée de 210 marches jusqu’en haut du sanctuaire et le fait que les pins sont câblés pour pas qu’ils tombent lol).
  • Taiyuin temple : il est un peu plus à l’écart du sanctuaire Tosho, et du coup il y a un peu moins de monde. Pourtant, on a trouvé que c’était le plus beau, notre préféré ! C’était vraiment magnifique avec les couleurs automnales. On a pu entrer dans le temple (il faut enlever les chaussures) et assister à une lecture donnée par un moine.
  • Après être sorti du parc, nous avons délaissé les foules touristiques avec un arrêt à la villa impériale Tamozawa. C’était une visite très intéressante car elle permet de découvrir (en long en large et en travers) une maison traditionnelle japonaise (à base de cloison et de tatami). La villa est immense et c’est totalement labyrinthesque. Et le jardin attenant est splendide. Par contre, il faut enlever ses chaussures et ça fait froid aux petons à cette période de l’année ! Il y avait un couple de japonais qui faisaient des photos de mariage en vêtement traditionnels, on a cru qu’on avait remonté le temps ^^
  • Les abysses de Kanmangafuchi Bakejizo : ah, ça en jette comme nom hein ? C’est un chemin au bord de la rivière Daiya (petite gorges), bordé par des statues Jizo (des statues protectrices pour les enfants perdus). La balade est assez courte (30min aller retour) et permet de sortir un peu des sentiers battus par les touristes.

Ah oui, dernier détail, on est en hauteur par ici (à + de 500 mètres d’altitude), donc si comme nous vous venez en automne/hiver, il y fait beaucoup plus froid qu’à Tokyo ! On s’est bien gelé d’ailleurs le soir en attendant le train !

Nara : des daims wsh

À proximité de Kyoto se trouve une ville célèbre pour … ses daims (des cerfs shika) ! Vous nous connaissez, une particularité pareil, on a pas pu résister ! On peut s’y rendre en train d’Osaka (35 min) ou de Kyoto (45min). Une fois sur place c’est assez facile de trouver le parc où les daims ont élu résidence, c’est fléché un peu partout (c’est la principale attraction de la ville).

On voulait des daims et on a pas été déçu. Ils sont partout. Mais vraiment partout. Il n’y a pas de barrière entre le parc et la ville, donc les daims n’y sont pas cantonnés, mais ils restent dans le parc, on n’en a pas croisé ailleurs. Ils sont sauvages mais vraiment pas farouches. Dès notre arrivée dans le parc, on a été assailli par deux daims, donc un qui a particulièrement apprécié notre carte des lieux.

Les daims ne sont pas agressifs, mais assez envahissants. On a remarqué qu’il suffisait de leur faire un petit signe le main (en mode stop) pour qu’ils se désintéressent totalement de vous (c’est des daims plein de dédain ahahahaha). C’était plutôt pratique quand ils étaient un peu trop insistants et en plus, ça te donne l’impression d’avoir un super pouvoir. De plus, ils sont bien élevés alors quand on les nourrit, il faut attendre qu’ils fassent une petite révérence avant de leur donner la friandise (mais des fois c’est des gros forceurs, faîtes gaffe).

La ville est une ancienne capitale impériale et dans le parc de Nara, en plus d’une nuée de daim, on trouve le temple Todai-ji qui abrite un bouddha immeeeeeeense à l’intérieur (il fait 15m de haut !).

Osaka

On finit l’article avec cette dernière ville, qui fut notre base pour visiter Kyoto (c’est grave moins cher et à 30 min en train). Et comme ça, ça nous a permis de découvrir une nouvelle ville. Anecdote, dans notre livre on avait vu qu’Osaka c’est la ville du crime (lol!), c’est une des villes japonaise avec le taux de criminalité le plus élevée, et en effet on a remarqué que contrairement à Tokyo, les gens d’Osaka ils traversent sur les passages piétons… au rouge ! C’était bigrement inattendu.

Bref, Osaka n’est pas une ville hyper-hyper touristique mais elle est pourtant agréable à vivre (en tout cas du peu de temps qu’on y est resté) et il y a tout de même un tas de choses à découvrir ! Voilà ce qu’on a pu y visiter durant les quelques soirées qu’on y a passés (en rentrant de Kyoto).

  • Le château d’Osaka : bah oui, c’est l’attraction touristique de la ville ! C’est l’un des plus célèbres château du Japon. Il est tout grand, tout beau et abrite un musée ainsi qu’un observatoire au dernier étage. On a fait le musée, franchement c’était pas ouf. Pas par rapport aux contenus, très complet et intéressants, mais du fait que l’espace est pas très adapté pour un public aussi important, il fait chaud, il y a du monde, c’est étouffant et les espaces sont confinés… bref ce n’était pas une visite agréable et on était plus heureuse quand on s’est posé devant sur un banc juste pour l’admirer.
  • La rue Dotonbori, qui longe le canal du même nom, est une avenue haute en couleur et hyper dynamique. Il y a des devantures lumineuses partout, des restaurants, des magasins, des pachinko, des clubs… ! Il y a même une mini grande roue dans un des magasins (Don Quijote), ou encore une enseigne géante de crabe (animée en plus) sur un des restaurants. Quand on y est allé, il y avait un happening, un groupe de Jpop (Generations from Exile Tribe) était en train de se produire sur un bateau au milieu du canal, il y avait du monde partout avec pancartes et tout, c’était très rigolo. (c’était un gros groupe apparemment haha).
  • L‘observatoire de Umeda Sky Building : certainement l’observatoire que j’ai préféré de tout notre voyage au Japon. Et la raison est simple : il est en extérieur ! Il est connu car pour y accéder, on emprunte deux escalators qui forment une diagonale entre les deux tours qui constituent le building. L’immeuble culmine à plus de 170 mètres et il ya deux étages pour l’observatoire (un en intérieur et le toit de l’immeuble). On y est monté à la nuit tombée et c’était super cool. Le reste de l’immeuble abrite un centre commercial, des restaurants, des bureaux etc. Il y a aussi une reconstitution d’une rue d’Osaka des années 20 (Takimi Koji) avec des restaurants et magasins. Malheureusement je m’en rends compte que maintenant, à l’heure où j’écris cet article (un article japon sans une anecdote de la loose, ça n’existe pas lol).

Voilà, c’est fini pour aujourd’hui ! On a beaucoup apprécié la visite de ces deux endroits et on vous les conseille fortement si vous vous rendez au Japon !

Vous êtes déjà allé au Japon ? Vous avez envie de vous y rendre ? Des lieux qui vous font rêver ? Dites nous tout !

3

Chronique n°293 : Chamane


Chamane

Fantastique

Autrice : Katherine Quénot
Date de parution : mai 2021
Maison d’édition : Auzou

Résumé : Les cauchemars qui hantent les nuits d’Isidora tissent une toile sombre autour de sa vie. Enfant adoptée, elle s’est toujours sentie à part, différente. Seul vestige de son passé : un quipu, système traditionnel de noeuds et de cordelettes, porteur d’un mystérieux message… Pour apprendre la vérité sur ses origines, elle part au Chili, mais ce voyage va rapidement l’emmener plus loin que ce qu’elle avait imaginé.

Merci à Auzou pour l’envoi de ce roman. Bon j’annonce la couleur, d’habitude j’adore leurs parutions mais avec ce titre, je suis restée un peu sur le carreau, tristesse.

Dans ce roman, on suit notre héroïne Isodora qui part à la recherche de ses origines dans son pays natal : le Chili. Elle a été adoptée et il y a toute une aura de mystère sur ses parents biologiques ainsi que les conditions de son adoption. Au Chili, elle crèche chez sa tante et va rencontrer un petit gars du coin (et oui, ça va faire des chocapics bien sûr, on y écope pas). Il est aussi question de chamanisme et de magie (et ça, c’est cool) !

Et donc, je vous disais que ça l’avait pas trop fait pour moi. Il y a un premier truc chiffonnant, vous-même vous savez, il s’agit des personnages. Peut être que ça passe pour d’autres lecteurices mais j’ai vraiment pas pu les encadrer. J’ai trouvé notre Isodora insupportable et imbuvable du début à la fin. Pareil, son petit copain là, je vois pas ce qu’elle lui trouve, lui aussi je lui aurais bien arraché les cheveux à la pince à épiler. Quoique du coup, ils vont peut-être bien ensemble finalement.

Bref, outre ce premier aspect qui m’a fait grincer des dents et rouler des yeux, j’ai aussi été titillée quelques fois par le texte. Ça passe par des remarques, des petites phrases par ci par là qui m’ont mises mal à l’aise. C’est pas forcément grand-chose mais comme j’étais déjà énervée par nos héros, ça n’a pas arrangé.

Pour contrebalancer, j’ai beaucoup aimé l’aspect magie du livre, on est sur un système assez original (ou du moins qu’on voit pas très souvent) et qui est relié à la culture chilienne. C’était très intéressant et je trouve que c’est le point fort du roman.

L’histoire est super reliée à Isodora puisqu’on cherche ses origines et qu’on dénoue les secrets autour de sa naissance/adoption. Du coup, elle m’a pas vraiment touchée puisque j’avais aucune empathie pour le personnage. De plus, je trouve que c’est un trope qu’on voit assez souvent et je commence à m’en lasser. Cependant, il y a un aspect roadtrip qui est plutôt chouette et que j’ai bien aimé.

Pour résumé, je suis passée à côté de cette lecture, ce qui me rend un peu triste vu que d’habitude j’adore les parutions de la maison d’édition. Il y a certains aspects que j’ai bien aimé comme le fait que ça se passe au Chili, le système magique et le roadtrip. Par contre, j’ai pas été intéressée ni par les personnages qui m’ont paru insupportables, ni par l’histoire. Dommage, dommage. N’hésitez pas à vous faire votre propre avis, surtout si la culture chilienne (et surtout mapuche) vous intéresse !

Kin

25

Petites chroniques en vrac #3

Aujourd’hui on se retrouve pour des petites chroniques en vrac sur des livres complètement différents mais tous très chouettes, c’est parti mon kiki !

Et le désert disparaîtra de Marie Pavlenko

Samaa vit dans un monde qui pourrait être le nôtre bientôt. La vie a presque entièrement disparu de la surface de la Terre. Le sable a tout dévoré. Son peuple, nomade, traque les derniers arbres et vend leur bois pour survivre. Samaa aimerait être chasseuse, elle aussi, mais c’est une charge d’homme. Un jour, elle désobéit et suit les chasseurs. Mais le désert a mille visages. Samaa se perd, et fera une rencontre qui changera le destin de sa tribu à jamais.

Lire la suite