Endgame : la nouvelle saga littéraire interactive

Aujourd’hui, on parle de crossmédia et de ce qui pourrait s’inscrire comme le début d’une nouvelle ère pour la lecture : la création d’une saga littéraire en réalité alternée. Laissez-moi vous présenter Endgame, la nouvelle série pour Young Adult de James Frey et de ses petits copains : Google, HarperCollins et Twentieth Century Fox (oui, rien que ça).

Niantic Labo

Une nouvelle partie commence

Endgame, c’est le nom du nouveau projet éditorial (mais pas que) de James Frey (l’auteur du controversé A million little pieces et du populaire I am Number Four) associé à Nils Johnson-Shelton et HarperCollins. La particularité de ce projet, c’est qu’il ne se cantonne pas aux limites matérielles de l’édition traditionnelle en développant une nouvelle dimension de lecture immersive et interactive par l’intermédiaire d’une application mobile. Mais attention, quand je parle d’appli portable, c’est un doux euphémisme car c’est le laboratoire Niantic de Google qui est sur le projet et ça promet d’envoyer du pâté.

Endgame, c’est donc la première série en réalité alternée, c’est-à-dire qu’elle mélange les expériences fictives et réelles pour casser les frontières entre l’imagination et la réalité (en gros, on intègre des éléments fictifs dans le monde que l’on connaît comme si c’était tout naturel). Cette application mobile (Android et iOS) se base sur un jeu multijoueur collaboratif qui utilise la géolocalisation. C’est un peu comme une grande chasse au trésor où il faut résoudre au fur-et-à-mesure les énigmes et déjouer les boom-je-t’attrape pour faire avancer l’histoire. Concrètement, il y aura des contenus multimédia complémentaires de type vidéo (bonjour Youtube), des coordonnées (bonjour Google Maps), des recherches (bonjour Google tout court), bref, plein de trucs Google quoi.

Tout ça, c’est développé par Niantic (une startup made in Google -tiens, ça faisait longtemps-) qui a déjà donné dans les jeux immersifs à réalité alternée avec Ingress qui propose aux joueurs, divisés en deux factions, de prendre le contrôle et défendre des bâtiments connus dans le monde (en gros, parce que c’est un peu moins simple en vrai).

Pour avoir une idée de ce que peut donner la future application, je vous invite à visionner la vidéo de promotion d’Ingress, basée plus ou moins sur les mêmes principes.

L’aboutissement final, pour (pour ce premier tome) est la découverte d’un vrai trésor, avec des vraies pièces d’or cachées derrière une vraie vitre blindée. Rien que ça. Et pour pimenter le tout, l’événement sera retransmis en live dans le monde entier via Youtube.

Après les jeux de la faim, voici le jeu de la fin

Endgame, c’est un série dystopique (composées de romans et de novellas) qui ancre l’histoire dans un monde plus ou moins similaire au nôtre (dystopique, quoi) où s’opposent 12 lignées (ou races) dans une lutte à mort pour la survie de leur camp.

Je vous entends déjà venir avec vos gros souliers, oui, ça ressemble sensiblement aux sagas populaires actuelles qui surfent sur le succès d’Hunger Game (lui même, étrangement similaire au classique Japonais Battle Royal). Des livres qui, après leur succès dans les librairies se voient adapté en films. D’ailleurs, dans la série, les adaptations de Divergent et de The Maze Runner, les derniers best-seller du genre en date, sortent bientôt. Comme quoi, le filon n’est pas prêt de se tarir. M’enfin, pour le coup, la dystopie c’est un genre qui s’adapte bien aux nouvelles technologies et l’usage que veut en faire Frey et sa bande de petits copains. Quitte à lire de la science-fiction, autant le faire avec des gadgets et applications high-tech.

Ceci dit, avant Endgame, quelques intrépides aventuriers s’étaient déjà lancés dans l’épopée littéraire du crossmedia comme, par exemple, The 39 Clues qui s’accompagne d’un jeu internet interactif, Masquerade par Kip Williams qui propose une chasse au trésor en Angleterre, ou encore Player One de Ernest Cline où une énigme était cachée à travers le livre qui permettait de gagner une Delorean.

La partie n’est pas finie

Comme si, tout ça ne suffisait pas, les droits de la série ont déjà été achetés par la Fox pour un cachet de plus de 2 millions de dollars. Une sortie mondiale du premier tome Endgame : The calling est prévue le 7 octobre 2014 dans plus de 30 langues. En France, c’est Gallimard Jeunesse qui reprend la franchise.

Pour finir, je vous laisse méditer sur l’avenir livresque grâce à cette citation de Brian Murray, PDG d’HarperCollins «This is a spectacular story that embodies the future of publishing – great content, interactivity and multimedia » ou pour les non-anglophones « C’est une histoire spectaculaire qui incarne l’avenir de l’édition – un excellent contenu, de l’interactivité, du multimédia ».

Publicités

Une réflexion sur “Endgame : la nouvelle saga littéraire interactive

  1. Pingback: Le Jeu de la Fin – Endgame : Chronique (n°42 !) et blablatage | Plumes de lune

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s