Chronique n°46 (on avait sauté ce numéro) : Erenn, tome 1 : l’Eveil

Erenn, tome 1 : l’Eveil

Erenn 1

Fantastique
Auteur : Emily Musso
Date de parution : 2012
Maison d’édition : Rebelle Editions

Quatrième de couverture : « Désenchantée et peu confiante en l’être humain, Charline se réfugie dans les livres et la musique. Échapper à une existence sans saveur, tel est le but à atteindre. Quand elle rencontre Adrian, machiavélique, énigmatique et séduisant, c’est tout son univers qui bascule. Qui est-il ? Osera-t-elle braver ses principes pour percer les mystères qui l’entourent ? C’est en Irlande, qu’elle le rejoindra. L’Île d’Émeraude, terre de légendes et de magie… »

Habituellement, je suis pas très roman d’amour, mais bon je n’ai rien contre changer un peu mes habitudes et donc c’est sans à priori que j’ai commencé ma lecture.

Et, euh,  bon, euh, je ne suis définitivement pas roman d’amour.

En tout cas, je n’ai pas du tout accroché à celui là.

Ce n’est pas vraiment le fond qui m’a posé soucis, l’histoire n’est pas très originale mais ça va, on explore les légendes irlandaises et c’est cool. Les décors, c’est pareil, en même temps c’est ce qui m’avait poussé à lire le roman, l’Irlande. Donc de ce côté je ne suis pas déçue.

Non, ce qui m’a gêné avant tout, ce sont les personnages. Alors, je sais pas les autres, mais moi en tant que femme, je me sens un peu frustrée par le comportement de l’héroïne. Sérieusement ? Au 21ème siècle ? Dans des pays comme la France et l’Irlande ? La nana genre elle se fait jeter comme du lisier par le type mais ça va, c’est pas grave, c’est l’homme de sa vie. Plus il l’envoie balader, plus elle revient au galop. J’ai souvent trouvé les situations avec Adrian gênantes,voir carrément humiliantes. Surtout qu’on ne comprend pas pourquoi elle s’accroche comme ça, à lui dire des mots et des phrases d’amour. Bref, c’est le genre de truc qui me désappointe au plus au point dans un livre. Et si il y a une chose que je n’aime pas, c’est être désappointée (high five si t’as la référence hihihi).

Alors, heureusement que celui-ci est plutôt rapide à lire, sinon je ne sais pas si j’aurai tenu le coup jusqu’au bout.

Un autre détail auquel je n’ai pas particulièrement adhéré, c’est la façon dont c’est écrit. Les phrases sont hyper littéraires. Je trouve cela presque lourd à des moments. Et puis, c’est pas du tout naturel dans les conversations, quand l’héroine commence à raconter un truc et qu’on dirait que c’est du Balzac. Alors après, je dis ça, je dis rien, mais si vous arrivez à trouver quelqu’un de 26 ans qui vous place “scabre” sur le ton de la conversation, moi je demande à voir.

En bref, je n’ai pas adhéré à la philosophie de la chose. Mais faîtes vous votre propre avis !

Kara

Publicités

4 réflexions sur “Chronique n°46 (on avait sauté ce numéro) : Erenn, tome 1 : l’Eveil

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s