Chronique n°52 : Gone

Gone, T.1

Gone

Fantastique
Auteur : Michael Grant
Date de parution : 2009
Maison d’édition : américaine

Quatrième de couverture : «Imaginez. En plein cours d’histoire, ils sont en train de prendre des notes quand tout à coup… plus de professeur ! Affolés, ils sortent de classe et se rendent compte qu’il n’y a plus aucun adulte. Comme s’ils s’étaient évaporés. En fait, tous les êtres humains de plus de 15 ans ont disparu. Plus incroyable encore, ceux qui restent développent des super-pouvoirs mais ils ne parviennent pas encore à les maîtriser.Cette aventure extraordinaire est arrivée à Sam, 14 ans, et à tous les enfants de la petite ville californienne de Perdido. Passé la première période d’euphorie, les enfants doivent maintenant s’organiser pour survivre. Qui va s’occuper des bébés et des malades ? Comment trouver de la nourriture ? Autant de questions vitales à résoudre en urgence ! Sam devient malgré lui l’un des responsables de l’organisation mais, bien vite, il va devoir affronter d’autres chefs de bandes, aux idées beaucoup plus sombres.»

Dans la série des bestsellers jeunesse, voici un classique. A vrai dire, à part le fait que tous les adultes disparaissaient, je ne connaissais pas grand chose de l’histoire. Donc je n’avais pas vraiment d’a priori. Finalement, je ressors de cette lecture plutôt mitigée cochon d’inde (oui c’est une de nos expressions favorites).

Le livre en soit est sympa à lire, il y a pas mal de rebondissements, c’est bien écrit et y’a du rythme et de l’action. Bon, jusqu’à là, ça va.

C’est après que les problèmes ont commencé.

Les personnages, les réactions et les comportements sont plats et catalogués.  Et prévisibles. C’est pas très creusé et j’ai l’impression qu’on va vraiment à la facilité. C’est hyper dommage et surtout très frustrant. J’attendais plus de nuances, plus d’explications sur les sentiments, en un mot : plus de profondeur, que diable !

Et puis, je me suis souvent demandé : si jamais quelque chose dans le genre arrivait (faisons face à toute éventualité), est-ce-que les événements du livre seraient probables ? Et pour moi c’est pas très crédible. Genre le pourcentage de psychopathes, même dans une situation comme celle-ci ne devrait pas être hyper élevé non plus hein. C’est que des gamins, quand même. Mais non, là y’en a 50 au mètre carré (au bas mot), c’est normal. Et puis, des vrais gros psychopathes quoi. Alors à 15 ans, je peux comprendre qu’on comprenne pas forcément la mesure de ses actions et de leurs conséquences, mais de là à vouloir buter tout le monde par soif de pouvoir/vengeance/c’est-trop-cool-de-tuer-les-gens faut pas exagérer non plus. Je trouve qu’on en perd le degré d’humanité des personnages. Surtout que à mon avis, dans leur situation, ils ont peut être mieux à faire que de se foutre sur la tronche. Mais je dis ça, je dis rien. Et encore, s’ils se battaient pour des trucs plausibles, d’accord mais là c’est juste une histoire d’ego. C’est un peu léger quand on voit les proportions que ça prend dans l’histoire.

Sinon, il reste l’option de s’entraider et de se serrer les coudes, mais ça non, pensez-vous, ce sont des pensées hérétiques, oula !

Et puis, sur 250 enfants y’en a à peine 10 qui se bougent les fesses : le reste passe son temps à attendre (passivement). Bon tous les enfants ne sont pas capables de se secouer les puces (et on peut le comprendre), mais, tout de même, c’est pas sensé tous être des gros débiles indolents non plus.

En fait, je n’ai pas eu l’impression d’avoir à faire à de vrais enfants. Leur réactions ne correspondent pas tellement à des réactions d’enfants. Du coup, je vois pas trop l’intérêt de mettre en scène des enfants. Alors après, pourquoi pas, le problème c’est que la psychologie des personnages n’est pas suffisamment développée pour rendre tout ça vrai et pour nous faire adhérer. En bref, je suis passée à côté, faut de pouvoir comprendre les agissements des protagonistes.

Ensuite, c’est pas fuuuuuuun. C’est tout hyper sérieux et prise de tête. Où est la fougue de la jeunesse dans tout ça ? sérieux, c’est une ville de dépressifs ou quoi ? Et pourtant j’ai pas l’impression que se soit non plus leur situation qui soit à l’origine de cette morosité, ni d’ailleurs que celle-ci ne les inquiète outre mesure. En fait, ils sont relativement détachés par rapport à tout ça. C’est très froid. Voilà, froid. Et puis c’est gore. Encore un détail qui était pas franchement nécessaire.

En bref, ça se lit bien mais ça reste trop superficiel. Avec en plus un étalage de violence inutile. En gros, la forme et la situation oui, mais le déroulement non.

Kara

Publicités

13 réflexions sur “Chronique n°52 : Gone

  1. C’est une de mes prochaines lectures, et je l’ai laissé traîner dans ma PAL à cause des avis mitigé! A voir celui que je me ferais mais je pense que je reprocherais surement le manque de profondeur.

  2. Je l’ai pas ma PAL, j’ai commencé une fois à le lire mais le style ne m’a pas plus et je n’ai jamais réussi à retenter de le lire.

  3. J’ai lu ce livre il y a un bon moment déjà et je n’avais vraiment pas accroché… Premièrement, comme tu le dis, le tout est assez superficiel et sans profondeur. Et ensuite, j’ai trouvé certaines péripéties bizarres (j’ai souvenir d’un événement qui se passe dans un désert et qui m’avait laissé totalement confuse…)
    Bref, ce n’est pas non plus un livre que je recommanderais, mais il faut croire que ce n’est pas le cas de tout le monde puisqu’il est devenu un best-seller !

    • Je suis tout à fait d’accord avec toi, y’a certains moments qui m’ont laissé perplexe, sans queue ni tête. Bref, pour le coup je ne ferai pas comme tout le monde, et je vais passer mon tour avec cette série ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s