Chronique n°78 : The paper magician T.1

The Paper Magician

The Paper Magician

Auteur : Charlie N. Holmberg
Date de parution : 2016
Maison d’édition : Amazon Publishing

Quatrième de couverture : « C’est le cœur brisé que Ceony Twill, 19 ans, débarque chez le magicien Emery Thane. Sortie major de sa promotion à l’école Tagis Praff, elle se voit contrainte d’embrasser la magie du papier, elle qui rêvait de travailler le métal. Or une fois qu’elle sera liée au papier, matériau qu’elle dédaigne, elle sait que c’est pour le restant de sa vie.»

Avant toute chose, j’ai une interrogation : pourquoi le titre est le seul élément du livre a ne pas avoir été traduit en français ? (voilà, c’est une petite question que je me pose, comme ça …)

J’ai lu ce livre grâce à NetGalley et à Amazon Publishing (thumbs up pour eux !) donc je l’ai découvert un peu par hasard. La couverture était jolie et le pitch me bottait bien, j’ai dit banco !

C’est un livre que se lit assez rapidement, on rentre très vite dans l’histoire et dans cet univers victorien et onirique (ça se passe à Londres à la fin du 19e siècle). Dans ce monde, il y a une sorte de caste de magiciens et il y a plusieurs branches au sein de cette caste. Chaque branche maîtrise une magie associée à un matériau fabriqué par l’homme. Il y a les Fondeurs avec le métal, les Plieurs avec le papier, et je n’ai pas retenu les autres noms, mais en gros il reste le verre, le caoutchouc et une autre matière dont je ne me souviens plus.

On suit Ceony, jeune étudiante, qui vient de finir les cours à l’académie, première de sa promo, et qui rêve de devenir Fondeur. Elle va maintenant entrer en formation pratique en tant qu’apprentie auprès d’un mage confirmé (Monsieur Thane). Et bon, suite à quelques complications, on lui assigne la magie du Papier. Elle est pas hyper contente parce qu’elle trouve que c’est pourri comme magie, mais son avis va rapidement changer quand elle va en découvrir toutes les subtilités (du papier).
origami

Et puis elle kiffe bien Thane aussi. Bref. L’histoire commence vraiment quand une méchante sorcière débarque et prend le cœur de Monsieur Thane. Ceony va se lancer à sa poursuite et bim bam boum, s’en suit moult aventures.

Ce roman m’a beaucoup fait penser à l’univers de Miyazaki et notamment du Château Ambulant, c’est très onirique, très poétique, très initiatique. C’est un univers que j’ai beaucoup aimé découvrir et explorer. Ceci dit, le livre a un gros (très gros) côté glauque, voir gore (on dirait pas comme ça hein), ce qui peu titiller un peu les âmes sensibles (comme moi).

Le livre est très axé sur les personnages de Ceony et de Thane, le reste du monde est somme toute, peu abordé. L’histoire se base beaucoup sur l‘introspection et les sentiments des personnages : leur quête de rédemption notamment. On rentre dans l’intimité de ce duo et une bonne partie du roman se passe en huis-clôt chez le magicien (métaphoriquement et littéralement). Ce qui fait que le reste de l’univers est très peu développé.

Comme c’est le premier tome d’une trilogie, ça laisse de bonne perspectives pour la suite. Pour notamment découvrir et développer les aspects des différentes magies, qui ont été un peu délaissés au profit de l’histoire.

En somme, une histoire originale sous forme de quête initiatique où on se retrouve plongé au cœur d’une course poursuite haute en couleurs. Je lirai volontiers la suite.

~Kara

Publicités

23 réflexions sur “Chronique n°78 : The paper magician T.1

  1. Hello, j’avais hésité à le demander sur NetGalley parce que c’était une trilogie mais quand tu me parles d’un côté gore et de métaphores je crois que j’ai bien fait de passer mon chemin ^^ et pour le titre je pense que ça devait mieux sonner en anglais (maybe)

    • Oui c’est sur, mais c’est quand même bizarre du coup. Et puis Le magicien du papier, c’est pas si horrible. Bah c’est gore sans être gore, c’est un peu bizarre, faut le dire pour s’en rendre compte ^.^ Après le livre est pas bien long et peut être lu en one shot (y’a un début et une fin).

    • Bah ça peut ressembler justement au côté glauque et gore qu’on peut trouver dans les films de Miyazaki. Donc c’est pas très dérangeant sur le coup mais quand tu y réfléchis tu te dis « ah ouais quand même »

  2. Ah, celui là je l’ai vu passer sur la blogo (et sur Netgalley) et je me suis fait la même réflexion concernant le titre ! Le pitch a l’air sympa, et le type de magie dont il est question change de ce qu’on lit d’habitude au moins. J’avoue que tu m’as eue à « Miyazaki » x)

  3. Oh j’ai vu ce livre tout récemment sur le blog du petit monstre et je suis tombée amoureuse de la couverture ! Du coup il me tente énormément. Petite question un peu bête : il existe bien version papier ou pas ?Dès que je le recherche je tombe sur des versions ebooks alors je suis un peu perdue…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s