Chronique n°112 : La mort du temps

La Mort du temps

Fantastique, YA

Auteur : Aurélie Wellenstein
Date de parution : mai 2017
Maison d’édition : Scrineo

Quatrième de couverture : « Un séisme temporel a dévasté la Terre, massacrant une large partie de la population et mélangeant les époques entre elles. Callista se retrouve seule survivante dans un Paris ravagé où s’amalgament deux mille ans d’architecture. Tous ses repères chamboulés, la jeune fille n’a plus qu’un espoir : retrouver en vie sa meilleure amie, restée dans l’Est de la France. Callista part à pied pour un long périple, talonnée par la monstrueuse réplique du séisme qui semble la suivre pour l’anéantir. Si elle s’arrête, si elle ralentit, le cataclysme la dévorera. Au côté d’étranges compagnons, issus de siècles différents, elle va tout faire pour échapper au chaos. »

Ma première incursion dans l’univers d’Aurélie Wellenstein, il était temps !  Je l’ai lu dans le cadre du club des lecteurs Scrineo, et avec Kara on a eu l’immense joie de le trouver dédicacé dans notre boîte aux lettres. Merci donc à Margaux et Aurélie pour cet envoi.

Bon, sans plus de suspense, j’ai adoré cette lecture. On se retrouve dans un monde post-apocalyptique hyper glauque en compagnie de personnages assez atypiques qui sont poursuivis par le temps. Et ce n’est pas une métaphore.

Au départ et ce jusqu’à la fin, on ne sait pas ce qui se passe, on est comme l’héroïne Callista, on s’interroge sur le phénomène du « Flash » : qu’est-ce-que c’est ? D’où ça vient ? Est-ce-que c’est vraiment dangereux ? Pourquoi ça fait ce que ça fait ? Callista est très humaine, elle doute, elle ne sauve pas tout le monde, elle essaye, elle échoue. Je me suis plutôt bien identifiée à elle et j’ai trouvé ça sympa d’être confrontée à une héroïne qui ne déborde pas de force et de courage et qui ne va pas se mettre forcément en trente-cinq pour sauver le premier péquenot qui passe.

Les personnages secondaires sont aussi très intéressants, il y a beaucoup de nuances en chacun d’eux. Ils viennent d’époques différentes (parce que le temps a fait n’importe quoi et a mélangé pas mal de trucs), ont des vécus et des convictions différentes.

La force de ce roman pour moi, c’est aussi son atmosphère. C’est glauque car des corps humains ont parfois fusionnés avec les bâtiments ou les animaux et puis qu’on est quand même dans une ambiance post-apo quoi. Mais du coup, c’est très particulier et original.

J’ai aussi beaucoup aimé l’idée de différentes trames de l’histoire, mais j’en parlerai pas plus pour ne pas spoiler. Juste au début tu te dis : mais qu’est-ce-qui se passe là, ça sort d’où ça ? Je lis plus le même livre ? Puis au fur-et-à-mesure tout s’explique. Bizarrement j’ai moins aimé la fin du roman que les trois premiers quarts, peut-être parce que j’avais l’impression que ça allait un peu vite.

Pour conclure, j’ai vachement aimé ce petit livre que j’ai trouvé haletant et original. J’ai déjà acheté Les Loups chantants de l’auteur aux Imaginales donc je vais voir si ma bonne impression continue sur ses autres parutions. Je conseille, surtout si vous aimez les atmosphères post-apocalyptiques (et un peu glauque ^^).

Le retour des canassons ! Et oui, il y a un cheval sur la couverture tout de même (enfin presque) !

~Kin

Publicités

43 réflexions sur “Chronique n°112 : La mort du temps

  1. Euh, ouais, faut aller le chercher quand même le lien avec les chevaux hein ;)
    Très chouette chronique, je l’ai fait acheté à la médiathèque en rentrant des Imaginales (maligne la fille !), du coup j’ai hâte de le découvrir :)

  2. A-do-ra-bles les chevaux (surtout le pitit poulain !). Ceci est tout ce que j’ai à dire de positif (à à part que j’ai bien aimé ta chronique aussi), malheureusement, car ce livre ne m’intéresse pas forcément, surtout que j’ai un peu de mal à me faire à l’idée des corps qui fusionnent avec les bâtiments ou les animaux – vous aurez beau me l’expliquer, impossible de me l’imaginer ! Vous lisez quand même des livres un (tout) petit peu bizarres sur les bords, non ? xD
    Camille

    • Oui en vrai, je les ai vu au bord de la route, j’ai fait awwwwww et j’ai pas pu faire autrement que de m’arrêter pour aller leur faire des grattouilles mdr !
      J’adore ton commentaire ! Bon j’avoue, celle là de lecture est un peu bizarre oui !

  3. Ah moi c’est l’inverse, j’ai préféré la fin aux 3/4 du roman qui m’ont paru un peu lent, mais c’est vrai que la fin va un peu vite aussi par rapport au reste du coup ^^ C’était aussi le premier livre d’Aurélie Wellenstein que je lisais et je ne compte pas m’arrêter là, j’ai Les loups chantants et Le roi des fauves dans ma PAL !

  4. Salutations!
    C’est la première fois que « j’atterris » sur ton blog, je le trouve vraiment chouette.
    Je te remercie pour cette chronique, car il m’a donné envie de découvrir ce bouquin. Je trouve particulièrement intéressant les romans où différentes époques se mélangent, où bien quand un personnage se retrouve à une autre époque etc.
    Bref, merci beaucoup
    Et à bientôt peut-être :)

  5. Pingback: Que lisons-nous en ce moment ? – Les pages qui tournent

  6. Pingback: « La mort du temps » d’Aurélie Wellenstein – Les pages qui tournent

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s