Chronique n°154 : J’ai avalé un arc-en-ciel

J’ai avalé un arc-en-ciel
YA

Auteur : Erwan Ji
Date de parution : 2017
Maison d’édition : Nathan

Quatrième de couv : « Je m’appelle Capucine, mais on m’appelle Puce. J’ai dix-sept ans, la peau mate et un accent de Montpellier. Enfin, l’accent, c’est quand je parle français. Je vis aux États-Unis depuis que j’ai trois ans. Cette année, il m’est arrivé un truc phénoménal. Retournement de vie, frisson géant, secousse cosmique… Vous appelez ça comme vous voulez, mais la vérité…c’est que j’ai avalé un arc-en-ciel. « 

Ça faisait quinze ans (au bas mot) que je disais que je voulais lire ce bouquin. Je l’avais acheté il y a quelques mois à Brive (où on avait passé une aprem tout à fait exceptionnelle). Et ça y est il est passé sur le grill. Il y a des trucs qui m’ont assez titillée. Mais pour ceux qui n’ont pas envie de lire un énième avis négatif, je vous mets un lien vers une chronique positive d’un livre que j’ai tout à fait aimé (et en même temps, je trolle).

Aujourd’hui on est sponso par BTS

Voilà, maintenant pour ceux qui sont restés, on peut sortir la tronçonneuse.

*drama on*

Mais pourquoi voulais-je donc lire ce livre ? Je pensais (naïvement) que j’allai y trouver une ode à la tolérance, des personnages qui sortent des sentiers battus, de la profondeur, de la matière, du vrai. De la vie. Est-ce que j’ai mis la barre trop haute ? Est-ce que je me suis faite un foin toute seule ? Absolument. Parce que désillusion est encore un euphémisme pour qualifier ma lecture. (En vrai, j’exagère vachement.)

L’héroïne a pour moto d’appeler un chat, un chat. Et ça tombe bien car moi aussi. Donc on va pas tourner autour du pot. Capucine de son doux nom, nous balance du slut-shaming et du fat-shaming en pleine tronche. Et d’autres trucs tout à fait charmant comme par exemple, le fait que les règles c’est dégueulasse et honteux et qu’on devrait toutes se faire opérer pour corriger ce « défaut de fabrication » (et tout ça dans les 100 premières pages).

Vous le voyez mon problème ?

D’autre part, j’ai été très déçue par le développement de la thématique LGBT. Capucine n’arrête pas de répéter qu’elle n’est « pas gay » mais juste amoureuse d’une nana, et puis à aucun moment elle n’envisage la bisexualité (alors qu’elle pourrait), un peu tronqué comme vision des choses. Je m’attendais à un texte qui pose des vraies questions et qui arrive à être pertinent, juste et moderne. Je suppose qu’on repassera. (le linge bien sûr)

 

Et du coup, ça m’a pas mis dans le meilleur des états pour continuer ma lecture. Mais la suite était moins pire (d’où le « j’exagère » du début), après ces cent pages, il y avait moins de réflexions horripilantes alors je me suis un peu détendue la nouille.

L’écriture est hyper basique, on saute un peu d’une idée à l’autre (comme ce paragraphe), ça m’a ni embarqué, ni emballé. Du coup, j’étais pas hyper impliquée dans la vie de notre chère Capucine (je m’en balançais un peu l’oreille avec une claquette). Mais j’ai bien aimé le fait qu’elle évoque la moitié de son lycée, il y a vachement de personnages du coup, mais j’ai trouvé ça sympa. En plus, ils sont tous bisounours les uns avec les autres, on a presque l’impression que l’humanité est belle. (#cynisme)

J’ai aussi bien aimé toutes les références au système scolaire américain et les divers événements qu’ils organisent, ça pourrait être un bouquin de pub pour les lycées privés d’ailleurs parce que ça fait envie (perso mes années lycée c’étaient les pires de ma vie, là on dirait qu’ils sont en colo H24).

To put it in a nutshell, j’ai été choquée par certaines idées (qui vont à mon sens à contre-courant des valeurs défendues par ce bouquin) et le reste n’a pas su m’emporter outre mesure. Maintenant, j’ai juste envie de me refaire toutes les saisons de Community. Mais vous vous doutez bien que je vais pas vous laisser partir comme ça ! Je vous invite à lire les super avis des copines Victoria et Virginie !

Aller, salut !

Kin

 

Publicités

54 réflexions sur “Chronique n°154 : J’ai avalé un arc-en-ciel

      • J’ai vu des avis bien plus négatifs et beaucoup de positifs, mais peu comme toi. Du coup, j’avais fait une moyenne dans ma tête et ca donnait un apriori qui correspond bien à ton avis^^
        Je ne pense pas le lire, sauf s’il me passe entre les mains par hasard. 😉

  1. Tu as été plus sévère que moi, mais je rejoins ton avis, surtout en ce qui concerne le développement de la thématique LGBT… Ajoutons à cela le fait que la romance est très utopique : en cinq minutes, les parents acceptent l’homosexualité de leur fille.
    C’est vrai que la plume est hyper simple et passe du coq à l’âne.^^ »
    Je pense que j’aurais rejoint la majorité des lecteurs convaincus si l’auteur avait davantage insisté sur les émotions et creusé la romance au dépens du quotidien de son héroïne. Car là, c’était trop lent et pas assez exploité…

    • Bah moi je sais que mes parents auraient absolument aucun problème si je faisais un petit coming out à la maison alors ça m’a pas choquée mais ça aurait pu être un aspect à développer (en règle général on sait vraiment pas grand chose de ses parents et les relations entre eux, c’est vachement centré sur le lycée).
      Et bin je suis grave d’accord pour ton dernier paragraphe !
      Bises !

  2. Ah, c’est pas la première fois que je vois ce livre se faire pourrir, du coup ça me surprend pas beaucoup x) C’était déjà un peu loin de mes lectures habituelles, ça me donne pas envie de sauter le pas, ça c’est sûr :D

    • Bin j’avais vu l’avis de Lupiot qui disait ça et du coup, je me suis dit que j’allai forcément bugguer dessus aussi et ça a pas loupé. Mais en même temps, il y a des trucs c’étaient vachement gros (les règles quoi, j’étais trop quécho mdr (d’ailleurs ça me fait parler en verlan)) Pour le coup, je te le conseille pas nan ^^
      Bises !

  3. Je ne sais pas si ce sont les gifs qui m’ont le plus perturbées dans ta chronique haha :D Mais sinon, le livre me tentait beaucoup au début et puis j’ai vu passer de nombreux avis qui rejoignent le tien. Les 100 premières pages m’auraient découragées je crois ^^

  4. Huhu, je pense que je passerai mon tour aussi, parce que j’ai pas envie de lire un livre qui risque de m’énerver (restons zen, aimons nous les uns les autres et faisons des tresses à nos poneys !)
    Mais comme d’habitude, je me suis bien marrée alors mercii (et désolée de ce que tu as enduré juste pour me faire rigouler)

  5. Ce bouquin me faisait vachement envie mais je n’en avais pas lu beaucoup d’avis. Le tiens est wow, ça envoie du pâte quoi. Mais bizarrement j’ai encore envie de le lire mais pour voir quelles conneries peuvent être dire qui vont en opposition totale à ce que prônait le livre… Parce que faut le faire pour réaliser le job inverse en tout point. Mais je sens que je râlerais à fond les ballons, mais je suis plutôt intriguée. Si j’tombe par hasard dessus à la biblio, à voir si je suis dans le mood « crache sur un bouquin » haha.

  6. Oh la la, laisse tomber ce bouquin n’est clairement pas pour moi. Les règles, honteuses? Non mais puis quoi encore? OK, c’est chiant Quand on les a mais c’est aussi ce qui fait notre féminité. Idem pour le thème LGBT, un peu rétrograde quand même.

  7. Alors, franchement, je trouvais la couverture dégueulasse, mais vu les thématiques, je m’étais dit pourquoi pas (mais du coup, en ebook, quoi). Eh bah non. Même si ça s’arrange ensuite, j’ai clairement pas envie de me taper 100 pages de body / slut-shaming. Et ça le hérisse le poil d’imaginer que le public cible soit assez jeune en plus de ça. Comme si la société était pas toute seule assez complexante pour des ados…

    • J’étais pas non plus hyper fan de la couv. Mouais, faut mettre son cerveau et son féminisme/ouverture d’esprit de côté quoi pour y lire. Oui, c’est assez frustrant de se dire que les jeunes peuvent s’identifier et reproduire les conneries (appelons un chat un chat n’est-ce-pas) qu’on voit dans ce bouquin.

  8. Je ne suis pas certaine de vouloir découvrir cette histoire… Et dire que ce livre semble avoir beaucoup plu aux adolescents. Le message que ce livre transmet n’a pas l’air si honorable que ça finalement… C’est dommage parce qu’il y avait sans doute une bonne idée au départ, de belles valeurs à véhiculer.
    Quelque part, ce bouquin est encore assez représentatif de notre société. On veut arranger les choses, faire évoluer les regards, mais nos réactions restent fidèles aux clichés transmis par les traditions et les habitudes.

    • Bah je sens bien que le message que l’auteur voulait transmettre était sympa mais sérieux, c’est parasité et mal dit.
      Tu as tout à fait raison ! Comme quoi, on a du boulot à faire sur les moeurs et le formatage sociétal qu’on subit.

  9. Je l’ai lu aussi et comme toi, les avis sur la thématique LGBT m’ont parfois dérangés. L’auteur en parle avec digression et moquerie ou tombe dans le cliché. Et puis j’ai vraiment pas aimé la plume. Bref j’ai eu du mal à finir ce livre sans le frapper contre un mur je l’avoue. Pourtant la page de couverture est super mignonne et jolie :( !

    • Ouais la plume, j’étais hyper perplexe, genre c’est vraiment sujet-verbe-complément et c’est hyper simpliste. J’y ai pensé à taper contre le mur avec moi aussi XD Bref je suis d’accord avec toi :)
      Merci de ton passage !

  10. Ah! Mais moi j’aime bien les avis négatifs :D

    Déjà, je me permets de partir en courant parce que…PUCE…NOPE. Rien que ça, ça me gave ^^

    On dirait que le personnage est mal dans sa peau, ce qui aurait pu être intéressant à traiter, car qui ne s’est jamais senti mal dans son corps? Cela dit, j’ai l’impression que ça ne fait que dégrader davantage l’opinion que les jeunes peuvent avoir d’eux-mêmes…

    En tout cas, je sais que cette lecture ne me plairait pas non plus. On voit déjà assez de choses dégradantes comme ça, donc on n’a pas besoin de ça quoi…

    • J’aime bien le prénom complet moi, Capucine, je trouve ça plutôt chouette. Le diminutif est pas top on est d’accord.
      En fait nan, on nous épargne le cliché de l’adolescente mal dans sa peau parce qu’au contraire elle a pas beaucoup de complexe et a confiance en elle. Ce qui était plutôt cool ! Moins cool c’est qu’elle se dégrade pas elle-même (enfin si mais indirectement), mais juste les autres et les femmes en général. lol.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s