Chronique n°152 : A thousand nights

A thousand nights

fantasy

Auteur : EK Johnston
Date de parution : 2015
Maison d’édition : Disney Hyperion

Quatrième de couverture : « Lo-Melkhiin killed three hundred girls before he came to her village, looking for a wife. When she sees the dust cloud on the horizon, she knows he has arrived. She knows he will want the loveliest girl: her sister. She vows she will not let her be next. »

On se retrouve pour un nouveau roman ensablé aujourd’hui ! Jabber ma choupette m’avait tout à fait gâté dans notre swap d’octobre en m’offrant ce magnifique livre. A vrai dire, je savais pas trop de quoi ça allait trop causer, juste qu’il était trop beau et que je le voulais (lol). Dans les faits, c’est une réécriture du conte des Mille et une nuits (m’enfin avec un titre pareil, c’était pas non plus hyper difficile à spotter). C’était une lecture toute en délicatesse et poésie que j’ai, ma foi, beaucoup apprécié.

Je connais pas hyper bien le conte original donc j’avais pas d’élément de comparaison, mais en gros, pour vous la faire courte, il y a un sultan pas vraiment sympathique qui va dans chaque village prendre une femme pour se marier et qui, ensuite, disparaît (la femme, hein). Quand il arrive dans le patelin de notre héroïne, elle sait qu’il risque très fort de choisir sa sis’ parce que c’est un peu la BG du village, du coup, elle fait tout pour qu’il l’a choisisse, elle, pour épargner sa sœur adorée, et elle finit par y arriver. Comme elle est un peu maligne, elle élabore une stratégie pour rester en vie jour après jour, et on suit ses péripéties au palais.

J’ai trouvé ce bouquin assez particulier, déjà, il se passe pas énormément de choses. Il a un côté très contemplatif et généralement ça me donne plutôt envie d’égorger des agneaux. Là, j’ai trouvé que le rythme lent servait à l’histoire. Il instaure une atmosphère pesante et étouffante et laisse bien la place à toute la poésie du récit. Je pense qu’on pourrait facilement faire une analyse de ce bouquin et qu’on découvrirait plein de choses très intéressantes, autant sur le fond que la forme. Bizarrement, moi qui aime pas trop me prendre le chou sur un livre, j’ai beaucoup apprécié cet aspect là, cette poésie ambiante.

Ça vient certainement aussi de l’héroïne, j’ai beaucoup aimé la suivre, elle a une grande force et est très intelligence. Elle m’a un peu fait penser à Antigone (d’Anouilh) et genre c’est une des mes héroïnes chouchoutes alors c’était cool. J’ai également apprécié le fait qu’il y ait de nombreuses nuances dans le développement des personnages, tout n’est pas blanc ou noir (pourtant c’est édité par Disney !)

En résumé, j’ai trouvé un roman profond avec une narration hyper poétique, qui m’a beaucoup plu. L’action n’est pas omniprésente mais malgré ça, je me suis pas trop ennuyée (bon un tout petit peu d’accord, mais on ne se refait pas !) Du coup, je suis en train de lire la suite, qui est une réécriture de la Belle au bois dormant. Je vous update bientôt !

Et donc, me revoilà, pour vous c’est juste une ligne en dessous mais pour moi ça représente quelques semaines hihi. J’ai lu le second tome intitulé Spindle et bien que c’était assez cool, je l’ai trouvé bien en dessous du premier. Moins profond, plus plan plan, plus brouillon. Les deux peuvent être lu indépendamment (enfin le deuxième spoile sur le premier par contre). Je vous conseille donc surtout le premier tome !

Kin

 

Publicités

24 réflexions sur “Chronique n°152 : A thousand nights

  1. La photo est juste sublime. Elle fait juste ultra envie (ce n’est pas très francais mais ce n’est pas grave). Ta chronique fait un max envie. En plus, je voudrais découvrir la catégorie conte car j’ai rarement lu des livres dans cet catégorie. Tu l’as lu en anglais ? Est-ce que pour quelqu’un qui a pas un super au niveau d’anglais cela peut passer??

    • Merci beaucoup !Mais si c’est tout à fait français tkt hihi. J’ai du mal à jauger le niveau d’anglais, surtout que je l’ai lu il y a deux ou trois mois maintenant. Il me semble qu’il y a un peu de langage soutenu et de métaphores (des tournures à la conte de fée quoi), du coup, pas sûre que ce soit hyper facile mais c’était pas hyper dur nan plus. M’enfin, je te conseillerais pas de commencer à lire en anglais avec celui-là. Il y a pas mal de réécritures de contes qui sortent actuellement en France si ça t’intéresse (par exemple les bouquins de Marissa Meyer mais je ne les ai pas lu XD).
      Merci de ton passage !
      A bientôt

  2. Je me souviens que j’avais vu des avis assez divergents que je l’avais commandé mais bon moi tu me connais quand y’a une belle couverture … je me dis qu’au pire ça décorera ma bibliothèque xD
    PS : J’ai aussi envie d’égorger les auteurs (laissons les agneaux tranquilles), quand il ne se passe rien dans un roman

  3. C’est justement parce que j’avais lu dans plusieurs revues qu’il ne se passait rien que j’ai renoncé à me procurer le livre! J’aime bien la poésie et tout, mais ces temps-ci je suis moins patiente avec les histoires qui manquent de rythme… Bloop. Je suppose que je le garderai pour quand une envie de romance me prendra, haha, même si c’est pas gagné en ce moment :D

    • Ahh mais je suis complètement d’accord, moi j’aime pas nan plus la plupart du temps quand c’est contemplatif ^^ là j’étais peut être en mood pour, qui sait, si je l’avais lu à une autre période ça m’aurait peut être pas plu du tout ^^
      Par contre c’est paaaaaaaaas du tout de la romance ! Et c’est aussi ça qui est chouette !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s