Chronique n°214 : Tourbillon Noir

Tourbillon noir

Fantasy

Auteur : Florence Lamy
Date de parution :  mai 2019
Maison d’édition : Scrineo

Quatrième de couverture : « Chine, époque féodale. Fils du grand intendant des Finances de l’empereur, Kuan Ti est promis à un avenir aristocratique. Pourtant, il ne rêve que d’aventures où il revêt le costume de Tourbillon Noir, un sabreur virtuose tout droit sorti de son imagination. Lorsque son père est arrêté et sa mère enlevée sous ses yeux, la vie du jeune garçon est soudain bouleversée. Résolu à trouver les coupables, il décide de tout quitter pour partir à leur recherche. Sera-t-il à la hauteur de Tourbillon Noir ? Car suffit-il de s’imaginer en héros pour en devenir un ?« 

Bon alors cette tournée de Scrineo, pour ma part, c’était spécial Asie. On quitte le Japon et les renards pour atterrir en Chine féodale avec Tourbillon Noir (oui je fais des rimes maintenant).

Il s’agit de l’histoire d’un petit gars, Kuan Ti qui perd tout du jour au lendemain et qui tente de survivre dans un premier temps, de retrouver sa famille dans un second et enfin de se venger. Tout un programme n’est-ce-pas.

Pour tout vous dire (genre des fois on vous dit pas tout), je suis mitigée cochon d’Inde sur ce petit bouquin. Et la raison principale, c’est : LE STYLE. Ça m’a direct chaffouinnée (#CopyrightPlouf). L’histoire est racontée par le héros, un narrateur interne à la première personne, jusque-là rien de choquant mais le type raconte tout ce qui se passe de façon très descriptive et en même temps, très simple.

Genre : (c’est pas écrit ça dans le livre mais ça vous donne une idée) “Je tourne la poignée. Je pensais que la porte s’ouvrirait. Mais c’est pas le cas. Que faire alors ? Je dois surement trouver une clé ou un objet contondant pour résoudre mon problème”. J’avais l’impression d’être dans un livre où vous êtes le héros ou un vieux jeu vidéo très très narratif. C’était assez déstabilisant. Mais bon, une fois habituée, ça passe, ça rend juste l’expérience de lecture un peu différente alors au final, c’est peut-être pas si mal.

Autre chose qui rejoint ce point, c’est qu’il se passe beaucoup beaucoup de choses mais avec peu de mots. Du coup, il y a pas mal d’actions et de péripéties mais il y a aussi le sentiment que tout est survolé sans vraiment rentrer dans les détails et donner une profondeur à l’histoire.

J’ai trouvé ça un peu dommage parce que pas du coup j’ai eu du mal à m’attacher aux personnages ou à ce qu’il leur arrive.

Cependant, j’ai quand même trouvé ce roman fort mignon et j’ai apprécié le contexte d’une Chine féodale folklorique.

En somme, c’est un livre avec un style bien particulier qui peut déstabiliser. Malheureusement pour moi, je suis un peu restée sur le carreau, c’est dommage parce que l’histoire était plutôt sympa.

~Kin

Publicités

10 réflexions sur “Chronique n°214 : Tourbillon Noir

  1. Le thème de l’histoire est intéressant je trouve mais c’est vrai que le style narratif a l’air étrange. Ça a l’air de détailler des évidences et, donc, de prendre le lecteur pour quelqu’un qui n’arrive pas à faire des connexions logiques à lui tout seul ! Ça m’était arrivée avec un autre livre et c’était agaçant :P

  2. J’adore lire vos chroniques! Elles sont super drôles! Même si je ne vais pas forcément lire le livre, je trouve cela terriblement divertissant! J’aime beaucoup les histoires qui se passent en Asie. Vu le style, on dirait un film en audiodescription mais en mode Livre!

  3. C’est toi cochon d’iiiiinde (à moins que tu sois une hyène ?) ! Voilà. Et sinooon ouii chafouiné hiiii. J’aime bien que tu m’es copydroité, mais vazy je te le prête quand tu veux ce mot ♥
    Sinon ? Bien dommage pour la narration (mais le petit extrait inventé était du caviar ! Par contre je suis déçue qu’il n’est pas cherché un couteau pointu pour ouvrir la porte) surtout qu’une histoire sur la Chine féodale, ça doit être plutôt mal (tiens, je fais des rimes moi aussi !)
    Bisous ♥

    • mitigé siamois – hyène (ou chauve souris – hyène), ça le fait lol. Ah mais ça se passe peut être comme ça dans le livre héhé ! Oui ça reste classique mais le contexte est sympa :)

  4. Pareil que toi, j’ai été un peu déçue par ce livre. La façon de raconter le livre ne m’a pas dérangée plus que ça mais le manque d’approfondissement lors de l’action m’a fait un peu passer à côté. Ce qui m’a déroutée aussi est le personnage de Pearl, qui part, qui revient, qui part et puis qui revient quand même, je n’ai pas compris l’intérêt de ce yoyo directionnel ^^

    • Ouiiii c’est vrai ça, on nous dit pas vraiment pourquoi ça se passe, ça fait vraiment la meuf elle est là que quand on en a besoin et bim on la fait disparaitre quand elle devient un peu gênante >.<

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s