Chronique n°229 : Au delà de la lumière

Au delà de la lumière

Science fiction, YA

Autrice : Daniel Mat
Date de parution : 24 octobre 2019
Maison d’édition : Scrineo

Quatrième de couverture : Dans le futur, la réalité virtuelle a fait place aux rêves lucides partagés. Une version extrême de cette technologie, basée sur des expériences de mort imminente contrôlées, a donné naissance à la métamachie : un sport de combat opposant deux compétiteurs dans des arènes subconscientes, armés de leurs souvenirs manipulables à volonté.À dix-sept ans, David redoute cette discipline dont l’étoile montante n’est autre que Théa, sa petite amie. Plus sa carrière progresse, plus elle s’éloigne de lui. Tout bascule le jour où elle ne se réveille pas à la fin d’un combat. Alors que l’organisation étouffe l’affaire, David se retrouve seul et sans réponses.

Aujourd’hui on parle d’un petit nouveau de chez nos amis Scrineo : Au-delà de la lumière. Et sans plus de suspense, et bin c’était plutôt bien sympa !

On se retrouve dans une société à (forte) tendance dystopique où un nouveau sport un peu chelou du genou émerge : il s’agit de combats virtuels dans un univers malléable car imaginé par les combattants et pour que ce soit possible, ceux-ci sont plongés dans une mort artificielle (comme ça OKLM) et se combattent dans leur tête (mais retranscrit sur écrans géants lol).

Dans tout ça, on suit le périple de David qui cherche à faire la lumière (aha) sur l’état de sa petite copine qui s’est pas réveillée de sa mort après son dernier match (tout à fait impensable n’est-ce-pas).

Je vous avoue que pendant tout le long du bouquin, j’étais pas dans un mood folichon, je trouvais ça sympa, fort bien écrit et avec des idées qui se tiennent et un univers intéressant. Cependant, ça me paraissait pas non plus tout à fait original (toujours pas d’ailleurs) et l’intrigue me passionnait pas plus que ça. Surtout, et c’est là que le bât blesse à mon sens : notre héros David m’a direct paru antipathique et c’est resté comme ça tout du long jusqu’à la fin. Juste, j’ai pas trop pu le sentir ce petit, déso.

Bon il est pas tout seul heureusement, mais les autres personnages m’ont pas non plus subjuguée (aille). Donc je résume : jusqu’ici, c’est bien écrit mais ni les personnages, ni l’intrigue, ni l’univers ne m’ont fait danser sur les tables. Je dis pas qu’ils sont mauvais ou quoi hein, juste, je trouve qu’ils manquent un peu d’étincelles et de paillettes.

Par contre, la fin a orienté mon jugement vers quelque chose de plus positif. Je trouve qu’elle rend le roman particulièrement profond et qu’elle lui donne un fort impact. J’ai beaucoup aimé le dénouement de l’intrigue, ce que cela implique (les révélations concernant Théa). Il y a beaucoup d’implicite mais j’ai trouvé que c’était fort bien traité et que ça sonnait juste. Le développement des personnages aussi à la fin m’a bien plu, on se rend compte des nuances et c’est à ce moment que le roman prend un ou deux niveaux (level up!).

Donc en gros, pour moi, c’était une lecture qui s’est découverte dans ses dernières pages. Et même si je n’ai pas forcément accroché à l’intrigue ou aux personnages, je pense que j’en garderai un bon souvenir.

Kin

#plib2020 #ISBN9782367407401

30 réflexions sur “Chronique n°229 : Au delà de la lumière

  1. C’est quand même plutôt chouette que malgré les côtés négatifs, la fin aie remontée tout ça ! Je suis pas sûre de tenter en tout cas de mon côté ^^

    • Je sais pas si ça pourrait te plaire, peut être bien. Je suis un peu triste de ne pas avoir accroché au perso principal parce que ça aurait pu être très chouette plutôt que passablement chouette mdr

  2. Oh, c’est dommage ! Personnellement, je l’ai adoré ! Mais comme tu ne lui as pas trouvé de gros points noirs, j’imagine que ce n’était peut-être pas une lecture qui correspond à tes goûts personnels ? Ça arrive, malheureusement :).

    • Nan pas de points noirs, juste je trouve qu’il manque qlqch, ça aurait pu passer par l’attachement au perso principal mais moi il m’a pas paru sympathique :/ mais si si ça correspond très bien à mes goûts perso en plus ^^ après t’inquiètes hein, c’est pas un avis négatif, j’ai aimé hein !

      • Oui il est humain et oui il est crédible, c’est fort vrai. Après, je l’ai trouvé aussi un peu trop détaché, froid, hautain, chiant et antipathique mdr (ça fait beaucoup aussi XD) mais c’est bien qu’il ait des nuances hein, je dis pas le contraire.

  3. Je suis pas certaine d’accrocher à cause de ce que tu dis sur David… Du coup, je vais probablement passer. Le principe avait l’air très sympa en tout cas, et c’est chouette que malgré ses défauts tu en garderas un bon souvenir.

  4. Pingback: « Au-delà de la lumière » de Daniel Mat – Les pages qui tournent

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s