Chronique n°71 : Ses griffes et ses crocs

Ses griffes et ses crocs

Couverture

Jeunesse

Auteur : Mathieu Robin
Date de parution : juin 2015
Éditeur : Acte Sud Junior

Quatrième de couverture : « Marcus a toutes sortes de tocs et d’obsessions qui lui empoisonnent l’existence. Il est intimement convaincu que s’il ne les respecte pas, un drame effroyable se produira. Quand Marcus et sa famille partent en vacances avec des amis dans un chalet perdu, le jeune garçon de Portland a un mauvais pressentiment. La nature qui les entoure, hostile et mystérieuse, fait écho à une vieille légende indienne racontant qu’une bête impitoyable hante la montagne. Un matin, Marcus transgresse un de ses tocs, le soir-même, les parents ne rentrent pas de leur randonnée. Le pont qu’ils ont emprunté a disparu… »

J’ai bien aimé cette lecture, j’ai trouvé l’histoire assez prenante, elle aborde des sujets intéressants comme la trisomie, le harcèlement, les tocs, et c’est toujours appréciable dans une lecture jeunesse. Par ailleurs, l’auteur ne prend pas de pincette et les relations entre les personnages sont particulièrement conflictuelles mais très crédibles.

Par contre, j’ai pas ressenti d’empathie particulière pour les personnages mais je les ai pas détestés non plus et comme le livre n’est pas très long, ça ne m’a pas trop gênée. Je les ai trouvé marqués, chacun d’une façon différente, ce qui leur donnait de la profondeur. Donc pourquoi pas.

Bon, maintenant, attardons-nous sur ce qui m’a chiffonné. Il y a certains trucs que j’ai trouvé pas tip top moumoute niveau crédibilité. Genre les parents ils interdissent aux enfants de les accompagner en rando. NON MAIS WWAAAT ? C’est carrément grave l’invese normalement et ils se roulent même par terre si les gosses veulent venir d’eux-même (ce qui est le cas dans le récit !) Bref, ça j’ai pas compris, j’étais outrée lol. Et puis personne n’a de portable ? Moui, je reste dubitative, j’aurais préféré qu’on me dise que le réseau ne passait pas plutôt. (EDIT : alors grâce à quelqu’un qui a vraiment lu le livre, je sais désormais que l’histoire se passe en 1985, ceci explique donc cela).

Et puis la fin, je l’ai vu se profiler genre depuis le tout début (même avant de lire le livre, lol), mais elle m’a quand même (un tout petit peu) surprise. L’histoire est torchée en trois pages, les choses se passent trop vite et de manière trop spectaculaire (et pis un peu mode random wtf aussi). Ça contraste moult avec le reste du roman qui est plutôt dans la subtilité. Et ça m’a laissé perplexe. Et pis quand même, les gamins ils sont censés être des cracks (enfin certains) et ils se sont rendu compte de rien, c’est un peu gros. (Surtout qu’ils ont quinze ans, pas huit).

Bon et sinon, j’avais acheté ce roman-ci car l’auteur semblait français. Résultat des courses, l’intrigue se passe aux USA et les personnages sont américains. #Frustration.

En résumé, un roman jeunesse que j’ai apprécié, assez original, mais qui ne restera pas non plus dans les annales.

~Kin

Publicités

14 réflexions sur “Chronique n°71 : Ses griffes et ses crocs

  1. Le résumé avait l’air sympa mais ton avis me laisse perplexe. J’ai tendance à râler quand je lis un livre qui me semble incongru, comme tu le dis, les parents qui partent tous seuls.
    Merci pour la découverte en tout cas, je ne connaissais pas du tout^^

    PS : tu devrais mettre deux « nn » à annale parce que sinon ça n’a pas le même sens ;)

    • Rooh mais ne fuyez pas ! Ma chronique est si négative ? XD Non mais il est très sympa ! Il fait un peu peur aussi, c’est cool. Il y a juste quelques points qui m’ont parus chelous du genou mais sinon c’était une lecture agréable !
      Merci à toi pour tes commentaires ! (enfin ton commentaire bugué hihi)

  2. Merci pour la découverte, je ne connaissais pas du tout ! C’est vrai que les points qui t’ont dérangée risque de me déranger aussi mais le résumé a l’air sympa donc j’ai bien envie de tenter :)

  3. Les thèmes abordés me plaisent bien, je le lirai à l’occasion, je pense. Mais je ne me jetterai pas dessus avec un enthousiasme débordant non plus, vu ta chronique (puis ça m’énerve aussi, ces auteurs qui se sentent obligés de situer leurs romans ou aux Zétazuni ou en Angleterre).

  4. Pour l’histoire du téléphone portable, il ne faut pas oublier que l’histoire se passe en 1985 …
    Personnellement, je viens de le terminer et j’en suis plutôt contente, il faut dire que j’avoue me moquer royalement des lieux de l’intrigue tant que l’histoire est bien, et que c’est tellement rare un livre jeunesse qui aborde la question des tocs que je ne pouvais qu’aimer ^^

    • Ahhhhh mais je savais pas ! XD C’est dit dans le roman ? Je suis complètement passée à côté lol, merci de ta remarque, ça remet les choses en perspectives ^^
      J’ai aussi beaucoup aimé le fait que le livre aborde les tocs, c’est vrai que c’est rare (d’ailleurs, c’est le seul que j’ai lu sur le sujet).
      Merci pour ton commentaire :)
      Kin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s