Chronique n°100 : Ronces blanches et roses rouges

Ronces blanches et roses rouges
couverture Conte

Auteur : Laetitia Arnould
Date de parution : 27 février 2017
Maison d’édition : Magic Mirror

Quatrième de couverture : « Orphelines d’un passé dont elles n’ont aucun souvenir, Sirona et sa jeune sœur Eloane sont aussi différentes qu’inséparables.Quand leur tutrice, Iphigénie Whitecombe, fiance l’aînée à un inconnu, leur avenir sombre dans l’incertitude… Pour échapper au mariage qui l’effraie et à la colère dévastatrice de Mme Whitecombe, Sirona prend la fuite. Au cœur d’une forêt obscure et de sa propre tourmente, elle se fait toutefois une promesse : celle de revenir chercher sa sœur. Quitte à affronter l’ours qui rôde dans son sillage. Quitte à suivre les ronces blanches et les roses rouges. Quitte à croire en la magie.»

Aujourd’hui c’est un peu la fête au village : on publie notre centième chronique : Ronces blanches et roses rouges. On vous donne rendez-vous demain pour fêter tout ça au Champomy !

party_masseffect

Pour vous recontextualiser un peu, Ronces blanches et roses rouges c’est la première parution de la toute nouvelle maison d’édition Magic Mirror qui se spécialise autour de la réécriture de contes. Je vous conseille d’aller zieuter un peu leur site pour en savoir plus et puis de pas hésiter à aller papoter avec eux, ils sont accessibles et adorables ! (oui, je suis vendue)

Bref, on a reçu ce livre dans le cadre de leur première campagne de partenariats et je remercie vivement l’équipe et Alice pour cet envoi !

C’est légèrement (j’euphémise) excitée comme une puce que j’ai commencé ma lecture. Je savais que je ne pouvais qu’aimer mais en même temps, comme je suis un peu difficile (encore un euphémisme ?) j’avais peur de passer à côté.  Et bin non, j’ai beaucoup apprécié ! Joie et félicité ! (et danses sur les tables)

Déjà, j’ai été bluffée par le professionnalisme du livre. Pour les nouvelles et petites structures d’édition, j’ai tendance à me méfier un peu concernant les finitions, la correction ou le travail éditorial. Là, à part quelques coquilles (genre j’en ai vu une ou deux, pas pire que chez un gros éditeur (voire mieux)), le livre est complètement abouti. Autant sur la forme que le fond. GG les gars.

lotr_applause

Bon, pour pinailler, je suis un peu déçue qu’il soit en partie imprimé en Bulgarie et pas tout en France. (Oui, il faut bien que je râle sur au moins un truc, j’ai une réputation à tenir.)

Concernant l’histoire (parce que vous êtes un peu là pour ça), il s’agit d’une réécriture d’un conte des frères Grimm qui n’est pas très connu, et qui est compris à la fin du livre. J’ai préféré le lire après, pour ne pas me spoiler.

On suit Sirona et sa petite sœur Eloane au cours de leur enfance et adolescence. Elles sont élevées par une dame chelou au milieu d’une forêt. Un jour Sirona s’enfuit en mode YOLO parce qu’elle veut pas se fiancer avec un type (chelou lui aussi) et se retrouve coincée dans un grand palais (est-ce-que je dois aussi ajouter qu’il est chelou ?). Bref, c’est pas la joie.

Pour moi, le point fort de cette histoire réside en son atmosphère. Elle est tout à fait particulière : sombre, feutrée (j’allai écrire feuilletée, il est bientôt midi tmtc), inquiétante et en même temps très envoûtante. L’écriture de Laetitia Arnould est hyper imagée et poétique.

Le conte est divisé en deux parties, je ne peux pas trop vous dévoiler la deuxième mais c’est un aspect que j’ai beaucoup apprécié. On change de décors mais on reste dans la même atmosphère. Je pense que j’ai d’ailleurs préféré cette partie là, où il y a un peu plus d’action. Dans la première partie, j’ai parfois trouvé que les choses se répétaient un peu ou n’avançaient pas assez vite mais d’un autre côté, ça permettait d’ajouter de la profondeur à l’histoire et aux personnages.

Sirona et Eloane sont très attachantes, très humaines. J’ai également apprécié tous les autres personnages qui sont souvent beaucoup plus complexes qu’ils n’y paraissent.

J’ai lu la traduction du conte qui est à la suite de la réécriture. J’ai particulièrement aimé les ajouts qu’a fait l’auteur et comment ils s’intègrent au reste. Je ne me doutais d’ailleurs pas de ce qui faisait partie du conte ou de ce qui était inventé pendant ma lecture. En tout cas, j’ai trouvé que pouvoir faire le parallèle avec le texte original était une très bonne idée !

En somme, une très belle découverte pour une maison d’édition à suivre de près ! Je vous conseille cette lecture pleine de délicatesse et de poésie, surtout si vous êtes friands de contes !

Edit : Magic Mirror nous a envoyé un petit code cadeau. Si jamais vous souhaitez commander des livres (version papier) sur la boutique de Magic Mirror, vous pouvez utiliser le code plumesdelune-sp2017 pour recevoir un marque-page gratuit.

 

~Kin

Publicités

49 réflexions sur “Chronique n°100 : Ronces blanches et roses rouges

  1. Wouhou, 100e chronique !! Bravo ! Allez, moi aussi je trinque au Champomy :P

    Je ne lis pas d’histoires de magie d’habitude, mais celle-là me semble particulièrement bien, et j’aime le fait que ça soit le tout premier livre d’une maison d’édition. Si je croise ce livre, je le lirai.
    Chapeau pour votre belle aventure bloguesque jusque là, et qu’elle continue encore longtemps !!

    • Ah si tu tentes, je guetterais ton avis ! C’est la mode en ce moment de réécrire les contes mais cette maison d’éditions semble très prometteuse dans le domaine ! ^^
      Merci <3

  2. Belle critique! Et félicitations pour ta 100°.
    Un conte revu et corrigé, avec une plume qui t’a autant séduite, je le note.
    Pour moi ce sera une bière plutôt que du champomy

  3. Je ne connaissais pas du tout cette maison d’édition et je trouve ça super l’idée des réécriture de conte, ça m’attire toujours même si je n’en lis quasiment jamais (oui moi aussi je suis chelou xD). En tout cas ça donne envie de découvrir ce roman, ne serait-ce que pour son ambiance :)

    • Et bin écoute moi non plus j’en lis pas des masses, ça a tendance à m’énerver car il y en a trop ^^. Mdr, mais t’es moins chelou que les personnages quand même ! ou alors chelou dans un bon sens, alors qu’eux c’était plutôt péjoratif ! Enfin, t’as compris ?! XD

  4. Déjà félicitations pour les 100 chroniques !
    Et gg pour avoir placé un gif de Mass Effect, ce blog est mon préféré de la citadelle !
    Je trouve ça intéressant ce concept de mettre les 2 histoires dans un même bouquins (celle inspirée par l’originale et le conte d’origine).

  5. Bravo pour vos 100 critiques les filles! ^^ Champomy !!!!
    Tu donnes envie de découvrir cette maison d’édition qui se spécialise dans la réécriture de contes ! J’adore le concept. Ta critique est convaincante ! Je guetterai d’autres avis sur ce livre.

  6. Pingback: Concours #1 : Les 100 chroniques | Plumes de lune

  7. J’aime beaucoup ta chronique ! Je te rejoins sur le fait que la deuxième partie est clairement plus dynamique, tandis que la première prend son temps pour poser un décors inquiétant, mystérieux et poétique ! Comme tu dis la maison d’édition est à suivre de près, tout comme l’auteure *-*

    • Et j’en suis très heureuse héhé ! Je ne connaissais pas non plus, c’est pour ça que je trouve cette collection (forgotten) particulièrement intéressante, parce qu’elle présente des contes peu connus.

  8. J’arrive après l’orage, mais bravo pour vos 100 chroniques ^^ Ronces Blanches et Roses Rouges m’intriguent beaucoup, il faut dire que je suis la chaine du carnet enchanté donc bon ^^ Et je trouve très chouette d’avoir le conte original à la fin :)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s