Chronique n°238 : Le prieuré de l’Oranger

Le prieuré de l’Oranger

Fantasy

Auteur : Samantha Shannon
Date de parution : 31 octobre 2019
Maison d’édition : De Saxus

Quatrième de couverture (tome1) : La maison Berethnet règne sur l’Inys depuis près de mille ans. La reine Sabran IX qui rechigne à se marier doit absolument donner naissance à une héritière pour protéger son reinaume de la destruction, mais des assassins se rapprochent d’elle… Ead Duryan est une marginale à la cour. Servante de la reine en apparence, elle appartient à une société secrète de mages. Sa mission est de protéger Sabran à tout prix, même si l’usage d’une magie interdite s’impose pour cela. 

Hello la compagnie, ce jour nous allons parler maçonnerie avec le Prieuré de l’Oranger, un petit roman tout à fait léger à lire en une soirée (c’est faux, c’est littéralement une brique pour construire votre maison). Merci beaucoup à De Saxus pour l’envoi (et d’avoir ajouté leur pierre à l’édifice lol).

J’avais vu la couverture passer depuis quelques mois car le bouquin est sorti en VO et a déjà fait pas mal de bruits. J’ai pas suivi ce qu’en disait les gens, juste je bavais un peu devant sa beauté quoi. Quand j’ai su qu’il sortait en France chez De Saxus, j’étais hyper hypée (uhu) mais je savais toujours pas du tout de quoi ça causait. Et surtout, je m’attendais pas à ses quinze kilos (aie mes bras). Mais rassurez-vous, tout c’est bien passé et c’était même une très bonne lecture ! (et je n’ai même pas eu de tendinite).

Pour vous expliquer un peu le contexte (c’est un peu complexe #euphémisme), on est plongé dans un univers fantasy à influence très orientale et asiatique où divers royaumes/reinaumes se partagent plus ou moins sereinement le territoire. Il y a deux principales alliances qui correspondent à deux continents. Et tous ces petits gens (et grands gens) doivent également faire face à la montée d’un mal ancestral : l’armée draconique et son maître tout puissant : le Sans-Nom.

Voilà. Ça vous fait une belle jambe hein.

Et du coup, j’ai vachement aimé. Déjà, c’est fort bien écrit/traduit, c’est un langage assez soutenu mais ça sied bien à ce genre. C’est pas non plus trop pompeux et ça fait très naturel. En plus, s’il y a des mots que vous connaissez pas, il y a un glossaire à la fin avec des définitions.

De même, il y aussi tout une annexe sur les personnages. Parce qu’il y a en a pléthore (au moins 8275 lol). On les suit pas forcément tous, et certains n’ont qu’une importance moindre ou sont juste cités comme ça. Moi ça me dérange pas trop mais c’est des fois un peu dur de s’y retrouver entre tous ces noms. D’ailleurs, ça a fait rire Kara quand je lisais à côté d’elle et qu’à la page 871 j’ai grommelé pour moi-même : “Mais c’est qui Brygstad ?” Spoiler : c’était une ville, lol. (et oui des fois je m’interroge toute seule).

Le monde est riche et dense et fort bien structuré. Mais l’histoire n’est pas en reste non plus. Bon on atteint pas des sommets d’originalité, on se retrouve dans une quête (tout à fait héroïque) qui se joue contre la montre pour retrouver des artefacts qui sont nécessaires pour repousser les forces obscures. Il y a aussi pas mal d’intrigues politiques, de trahisons, d’alliances, tout ça tout ça.

De temps en temps on voit des dragons et parfois même on fait de la magie ! Bon pas trop non plus, parce que faudrait pas abuser des bonnes choses, non plus.

Un aspect que j’ai adoré dans ce bouquin, c’est la représentation. La plupart des personnages principaux, qui agissent réellement sur l’intrigue sont des femmes. Jamais n’est remis en cause leur légitimité ou leur compétence. Il y a aussi un panel intéressant de sexualités et pareil sans jugement ou quoique ce soit.  De même, il y a des réflexions sur la laïcité, la tolérance, le féminisme, etc. C’est quand même grave cool, vous en conviendrez.

Autre chose que j’ai beaucoup apprécié, ce sont certains personnages. J’ai beaucoup aimé les nuances et leurs histoires (d’autres sont peut-être un peu trop lisses à mon sens, comme Ead…), ils ont tous une part d’ombres, voir certains sont carrément des anti-héros. J’aurais même aimé que ce côté trash soit encore plus assumé et qu’il y ait moins de manichéïsme entre le bien et le mal de manière plus générale.

Pour finir, une très bonne lecture autant sur la forme que le fond avec un univers très dense et intéressant que je vous conseille si son épaisseur vous fait pas peur héhé !

Kin

40 réflexions sur “Chronique n°238 : Le prieuré de l’Oranger

  1. D’où l’intérêt de la version liseuse, hihihi !!!! 😝 Mais, c’est vrai que c’est plus joli en grand format mais mes petits poignets (peu musclés) auraient soufferts sinon.
    En tout cas, tu me motives à la sortir de ma Pal, j’avoue que sa taille m’effraie un peu… 😉

  2. Quand je serai enfin en véritable vacances (mi janvier) je commencerai à le lire ce pavé. Il m’a fait envie aussi pour la couverture. Cool de voir que tu as vraiment aimé ta lecture et qu’il y a une bonne représentation.

  3. Je viens de le recevoir de mon chéri en cadeau… post Noël? Bref, j’ai hâte de le découvrir et le fait que tu aimes me confirme bien et me rassure par rapport à quelques chroniques négatives que j’ai lu!

  4. Cet article m’a fait MOURIR DE RIRE ! Déjà les blagues à répétitions sur le poids du livre, je suis bon public. Et puis t’imaginer te poser des questions à voix haute en mode totalement à côté de tes pompes, faut avouer que ça a un bon potentiel aussi aha
    En tout cas, ce livre me fait TRES PEUR même si ça a l’air cool, pas sûr que ma mémoire de poisson rouge puisse supporter un tel pavé de FANTASY qui plus est xD

    • Roh merci c’est bien aimable !
      Il est assez classique pour de la fantasy mais par contre il est un peu complexe avec beaucoup de noms à droite à gauche. M’enfin c’est pas pire que GoT (ou les Rougon Macquart ? je sais pas j’y ai PAS LU lol)

      • Je pense que c’est bien plus complexe que les Rougon, les noms reviennent souvent et SURTOUT, SURTOUT y a un découpage en plusieurs livres nom de Zeus! On a pas idée de faire des pavés pareils!!! Remarque pour se faire les biceps c’est pas mal hihi

  5. J’ai bien envie de le lire en VO quand toute la hype sera retombée et que j’aurais moi même un peu oublié x)
    Mais trop contente que tu aies aimé, et ces jeux de mots maçonniques étaient de toute beauté ♥

  6. Son épaisseur me fait très peur mais il me tente énormément ! J’avais comme projet de le lire pendant mes congés, le boulot reprend demain et oups je n’ai pas lu celui-là ^^ Ce n’est que partie remise.

  7. Mais par tous les dieux de la création…..cette brique est tellement effrayante ! Je l’ai vu à la bibliothèque la semaine passée et je savais que si je l’empruntais:
    -Petit 1: Je ne l’aurai jamais fini en un mois.
    -Petit 2: Mon dos n’allait pas supporter son poids.
    -Petit 3: Mon sac n’allait pas supporter son poids. (Tu noteras que vous m’avez contaminée avec le comique de répétition…)

    Sinon l’histoire à l’air vraiment géniale, mais…est-ce que je me répète si je te dis que la taille de machin me fait peur ?
    Peut-être le tenterai-je…un jour…peut-être

    (sinon, oui, il m’arrive de faire des allés-retours dans vos articles, histoire de prendre la chronique d’un titre qui m’inspire sur le moment) Des bisous ! <3

    • ah je comprends, elle fait un peu peur c’est vrai ! si tu lis en numérique, tu peux facilement remédier au problème ^^ mais sinon et bin il faut se motiver quoi ! tu peux aussi te dire que tu le lis pas tout d’un coup et te mettre des étapes :) Pour le transporter par contre j’ai pas d’idée, à part le couper en plusieurs morceaux lol
      des bisous mon petit poulet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s