Chronique n°278 : Boudicca

Boudicca

Fantasy historique

Auteur : Jean-Laurent Del Socorro
Date de parution : 2020 pour cette édition
Maison d’édition : ActuSF

Quatrième de couverture : Angleterre, an I. Après la Gaule, l’Empire romain entend se rendre maître de l’île de Bretagne. Pourtant la révolte gronde parmi les Celtes, avec à leur tête Boudicca, la chef du clan icène. Qui est cette reine qui va raser Londres et faire trembler l’empire des aigles jusqu’à Rome ? À la fois amante, mère et guerrière mais avant tout femme libre au destin tragique, Boudicca est la biographie historique et onirique de celle qui incarne aujourd’hui encore la révolte.

Après avoir beaucoup aimé Je suis fille de rage, j’étais super curieuse de découvrir d’autres titres de Jean-Laurent Del Socorro, et c’est chose faite avec Boudicca. J’ai adoré cette lecture qui nous emmène sur les traces de Boudicca, ou Boadicée une reine celte qui a vécu entre 30 et 61 après JC

Comme Je suis fille de rage on est sur un roman historique avec quelques éléments fantastiques (et encore une fois, la nuance reste à l’appréciation du lecteur). Je connaissais pas du tout le sujet, j’avais entendu le nom de Boudicca une ou deux fois mais je ne savais vraiment rien d’elle.  

Boudicca c’est donc une reine du peuple Iceni qui vivait dans le sud-est de la Grande Bretagne actuelle. On suit toute sa vie, de son enfance (et même sa naissance) jusqu’à sa mort. Elle est considérée comme une héroïne populaire en Grande Bretagne parce que c’est une reine rebelle qui s’est soulevée contre Rome et ses légions. 

J’ai adoré l’écriture, elle est tellement belle mais en même temps simple et incisive. Je trouvais que ça allait parfaitement avec le personnage de Boudicca et comment elle est dépeinte. Ça donne un côté onirique au récit tout en étant parfois hyper brut voire violent. 

Le récit est assez court, je pense que c’est le style de l’auteur qui veut ça. Perso, j’adore parce que j’ai tendance à vite m’ennuyer donc là je suis bien servie. Il n’y a pas de temps mort, ni de développements superflus, je trouve que ça donne un impact très intéressant au texte, il y a peu de mots mais ils sont si bien mis en valeur. 

J’adore aussi le fait d’utiliser ce genre de romans comme porte d’entrée sur l’histoire. Je suis pas très romans historiques donc avec des touches de fantastique ou de fantasy ça passe mieux pour moi et ça me fait découvrir des choses que j’ignorais et qui sont pourtant super intéressantes. Donc en parallèle de ma lecture, je faisais mes petites recherches pour en savoir plus sur cette reine et cette période de l’histoire. J’aime bien aussi identifier les éléments fictifs des faits. Pour le coup, il me semble qu’on ne connaît pas énormément de choses sur la vie de Boudicca donc, il y a certainement pas mal de choses qui ont été amenées par l’auteur.  

J’ai beaucoup aimé ce personnage d’ailleurs, elle est tellement droite dans ses bottes et elle se bat pour son idéal jusqu’au bout. Elle n’est pas exempte de défauts mais elle reste super inspirante

Pour conclure, un roman que j’ai vraiment beaucoup apprécié autant que pour son côté historique que pour son écriture enchanteresse. J’ai bien envie de découvrir les autres bouquins de l’auteur maintenant, héhé. En tout cas, je vous le recommande vivement ! 

Kin

14 réflexions sur “Chronique n°278 : Boudicca

  1. Jamais entendu parlé de ce livre et pourtant en quelques phrases (dès le début de ta chronique) tu m’a donné envie de le lire 🤗
    Je sais pas si je dois te remercier d’agrandir ma wishlist ahah 🥺

  2. Je ne connais pas du tout ce personnage historique qui a l’air très intéressant.
    Par contre, je ne suis pas intéressée par un roman qui mélange réel et fictif, quand on raconte l’histoire de quelqu’un.

  3. Ce roman est dans ma wish-list depuis un moment. J’en lis beaucoup de bien, et je vois que c’est aussi le cas pour toi, ce qui me donne vraiment envie de lui donner sa chance 😊

  4. D’accord, c’est bon, j’ai compris, je l’ajoute à ma wish-list (ça tombe bien, y a déjà sa soeur Je suis fille de rage, elles se tiendront compagnie). Il n’y a rien d’autre à faire après une chronique aussi persuasive. En plus, ils sont beaux, ces livres (argument suprêmement intellectuel s’il en est).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s