Chronique n°247 : Je suis fille de rage #plib2020

Je suis fille de rage

Historique, fantastique

Auteur : Jean-Laurent Del Socorro
Date de parution : octobre 2019
Maison d’édition : ActuSF

Quatrième de couverture (Tome 1) : 1861 : la guerre de Sécession commence. À la Maison Blanche, un huis clos oppose Abraham Lincoln à la Mort elle-même. Le président doit mettre un terme au conflit au plus vite, mais aussi à l’esclavage, car la Faucheuse tient le compte de chaque mort qui tombe. Militaires, affranchis, forceurs de blocus, politiciens, comédiens, poètes… Traversez cette épopée pour la liberté aux côtés de ceux qui la vivent, comme autant de portraits de cette Amérique déchirée par la guerre civile.

Je suis fille de rage fait partie de la sélection finale du Plib2020, nous nous devions donc de nous pencher sur son cas ! On fait des bisous à ActuSF pour l’envoi de ce service presse, des cœurs sur vous.

Pour être franche, quand je l’ai vu en sélection finale du Plib, j’étais un peu mitigée cochon d’Inde parce que c’était pas le bouquin qui m’attirait le plus. Enfin il me faisait quand même du charme avec sa belle couverture, sa reliure, ses dorures et ses finitions (oui il a tout pour lui le loulou) mais dès que j’ai su qu’il parlait de la guerre de Sécession, j’ai freiné des quatre fers parce que je DETESTE les bouquins historiques de guerre (c’est encore pire que les triangles amoureux lol).

Et au final, je suis très contente de l’avoir lu, j’ai adoré certains aspects mais j’ai aussi été beaucoup moins sensible à d’autre. Et généralement ce sont les mêmes points qui soulèvent autant de sentiments positifs que négatifs chez moi, oui je suis paradoxale mais vous le saviez déjà non ?

Déjà juste un petit récap de quoi ça cause avant de rentrer le vif du sujet. Il s’agit d’un roman historico-fantastique sur la guerre de Sécession, survenue aux Etats Unis entre 1861 et 1865 et qui a déchiré le pays en deux entre le Nord qui voulait abolir l’esclavage et le Sud qui était contre (en gros).

On commence par ce que j’ai préféré, à savoir : la forme ! L’ouvrage est sublime, on est tous d’accord. Et l’expérience de lecture est particulière. On a des chapitres très très courts (d’une ou deux pages, quatre maxi), qui suivent des personnes différentes (en tout, on doit en avoir une bonne quinzaine) dans les deux camps de la guerre. Il y a différentes formes de narration : lettres, journaux, journal intime, narrateur externe ou interne, etc.

J’adore ce genre de procédés narratifs et j’ai trouvé que dans ce livre, ça marchait fort bien. Ça donne énormément de rythme et permet d’avoir les points de vue des deux côtés et de personnes très différentes.

Mais, ça rend aussi difficile l’identification puisqu’on est baladé très rapidement d’un personnage à l’autre et qu’ils sont assez anonymisés (on connaît parfois leur nom quand ils signent leurs missives ou qu’ils apparaissent dans le texte mais les titres des chapitres sont tous dans le genre “la fille qui n’avait pas de père ou “le soldat qui lutte contre la folie”). Des fois, j’étais un peu pommée pour savoir qui était quelle personne et me souvenir de son rôle dans la guerre et de ce qu’on avait déjà lu à son sujet.

Cet aspect s’est amélioré au fur-et-à-mesure qu’on se familiarise avec les personnages et aussi et surtout parce que j’ai eu la bonne idée d’aller lire les récap sur la guerre de Sécession sur Wikipédia, sachant que la plupart des personnages du livre ont bel et bien existé, ça m’a aidé à les identifier et à y voir plus clair. Et je vous conseille de faire pareil, en plus c’est super intéressant (à part si vous voulez pas vous spoiler mais bon c’est de l’Histoire donc ça compte pas si ?)

Parce que faut dire que je n’y connais pas grand-chose quand il s’agit de l’histoire de l’Amérique et de ce conflit et que ça m’a appris beaucoup de choses puisque le roman suit les faits historiques (avec des éléments romanesques par-ci par-là, of course). Comme dit précédemment j’ai du mal avec tout ce qui a trait aux guerres (#hypersensible). Mais en même temps, ici les choses sont dites et décrites avec un détachement et une espèce d’objectivité qui fait que ça m’a pas impliqué complètement et ça a sauvé ma lecture je pense.

Enfin l’élément fantastique : on a le droit à une faucheuse qui suit le président Lincoln un peu partout. J’ai bien aimé que le côté fantastique ne dénature pas l’histoire telle qu’elle s’est passée et qu’elle soit là pour accentuer certains propos ou idées. Maiiiiiiis (on est sponso mais les “mais”, auj), je suis déçue aussi parce que la Mort prend pas tant de place que ça, voire très peu et que je suis restée un peu sur ma faim.

En résumé, c’était une lecture très intéressante et instructive, dont j’ai particulièrement aimé la forme. J’en ressors donc très satisfaite alors que c’était pourtant pas gagné ! 

Kin

#plib2020 #ISBN9782366294774

29 réflexions sur “Chronique n°247 : Je suis fille de rage #plib2020

  1. Très contente que tu l’ais apprécié malgré les réticences ! Je n’aime pas non plus trop les récits de guerre même si j’adore les romans historiques mais pourtant celui-ci passe très bien je trouve 😄

  2. J’étais pas super chaude non plus à la base mais j’ai été contente de ma lecture ! J’ai appris plein de choses et ça m’a fait découvrir un auteur talentueux. Je suis contente que tu aies aimé. 😊

  3. J’étais intriguée par ce roman mais de façon très superficielle vu que c’était uniquement pour la couverture, je n’avais aucune idée du sujet du truc mais je suis bien tentée à présent ! Ta critique est très alléchante et je suis curieuse de découvrir ce mélange de support pour raconter l’histoire.

  4. Moi aussi, quand je l’ai vu dans la liste des finalistes du PLIB, je n’ai pas été convaincue…
    Au final, le style narratif dont tu parles, m’intrigue énormément ! J’ai bien envie d’en apprendre plus sur la Guerre de Sécession à travers ce livre.
    Après l’annonce de la fermeture des écoles, je suis passée à ma médiathèque afin de l’emprunter mais quelqu’un venait de le prendre du coup, je suis un peu dégoûtée…
    Mais bon, ce n’est que partie remise ;)

  5. Rolàlàlà *-* la chronique me fait tellement envie de découvrir ce titre !
    J’adore Jean-Laurent Del Socorro (ah que coucou Boudicca que j’ai adoré), s’il propose un nouveau roman mixant Histoire et Fantastique j’accroche comme des crampons sur un glacier :D
    En revanche, j’avoue que le fait qu’il y ait plein de personnages et que la construction du récit se base sur plusieurs points de vue me fait un peu peur…

  6. Pingback: C’est le 1er, je balance tout ! # 38-39 – Février-Mars 2020 | L'ourse bibliophile

  7. J’aime bien lire de temps en temps des romans sur les deux guerres mondiales donc je suis bien tentée par celui-ci, surtout par le format qui semble différent. 😊

  8. Pingback: Je suis fille de rage par Jean-Laurent Del Socorro – Le monde d'Elhyandra

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s