Chronique n°102 : Horus&cie

Horus & Cie
Fantastique, super héros, aventure

Auteur : Timothée Rey
Date de parution : novembre 2016
Maison d’édition : Naos (Les moutons électriques)

Quatrième de couverture : « Un chat, un cobaye et un canari. Leur mission : échapper coûte que coûte aux hommes du laboratoire ! Leur atout : des super-­pouvoirs, développés suite aux expériences faites sur eux. Mais comment ­survivre dans un monde fait uniquement pour les hommes, et alors qu’au laboratoire leur copain le poisson se trouve toujours en danger ?»

Yoh les carpettes !

Alors ce livre, je l’ai choisi car son résumé m’a tout de suite fait de l’œil dans le genre aventure animalesque déjantée avec un petit côté wtf. Et je n’ai pas été déçue. C’est vraiment une bonne surprise ! (Cet article est sponsorisé par Volt, star malgré lui, vous êtes prévenus.)

J’avais un peu peur, en commençant la lecture, que l’histoire soit finalement trop classique ou que l’anthropomorphisme des animaux me gène ou que le roman se prenne trop au sérieux, ou tout ça en même temps… Mais absolument pas, tout était tout à fait à mon goût.

Un chat, un chien et un rongeur, c’est la recetteuh du bonheur ! (oui, bon y’a pas de chien en l’occurrence mais vous avez compris l’idée). 

Il y a tout d’abord ce côté totalement loufoque et totalement barré auquel, forcément (et c’est ce que j’attendais en plus), je ne peux qu’adhérer. Des animaux de compagnie aux supers pouvoirs qui s’échappent du laboratoire d’un vétérinaire despote façon scientifique fou des romans d’espionnage, que demander de plus ?

Le tout est abordé avec un style d’écriture particulier (qui peut peut-être surprendre au début), mais qui colle parfaitement à ce côté déjanté. L’ensemble est empreint de second degré : le livre est écrit à la manière d’un polar ou d’un thriller (enfin, je dis ça, mais en fait j’en sais rien, je ne lis pas de polar ou de thriller.) Oui, alors, bon, ce livre est écrit à la manière dont je me représente un thriller ou un polar. Ce qui créé un peu cette dualité entre une écriture très sérieuse et un sujet totalement décalé (l’auteur joue avec les clichés), d’où l’ironie. CQFD.

L’histoire est bien ficelée, et j’ai beaucoup aimé le dénouement. On n’a pas le droit à 50 000 rebondissements qui partent dans tous les sens mais plutôt à un plan bien construit dont tous les éléments se mettent en place et s’assemblent parfaitement (et on évite par la même les situations et retournements clichés qui m’insupportent).

J’ai aimé les personnages et leur traitement. Les héros sont des animaux, il y a de l’anthropomorphisme (les animaux parlent entre eux, formulent des pensées, …) mais les caractéristiques animales restent au premier plan. L’auteur évoque leurs sensations et passe beaucoup par leurs sens pour décrire des situations (ce qu’ils écoutent, ce qu’ils sentent, …) Le trio des héros est vraiment très sympathique. D’autant que ce sont des animaux dont forcément c’est trop choupinou-lapinou-trognon-du-mouton.

Oh et puis, cerise sur le gâteau, le laboratoire des méchants vétérinaires psychopathes est à Clermont-Ferrand ! Comme je suis très chauviniste, qu’on parle de ma région dans un livre, ça aide tout de suite à me faire adhérer à la chose, m’voyez.

Le livre est très court, il se lit rapidement, on entre tout de suite dans l’histoire. Il y a plein d’action et de péripéties. Le seul bémol a été une coquille dans le texte : les animaux sont, au début, anonymes (ils n’ont pas de nom). Ils se font nommer à un certain moment du roman (disons à la page 10, au pif). Et bien on parle d’un animal avant (à la page 7) en le nommant par le nom qu’on lui donnera à la page 10. Ce qui est problématique dans la construction du texte. Vous me suivez toujours ? Ceci dit, c’est qu’un détail !

En gros, j’ai adoré ! Un petit livre totalement déjanté plein d’aventures et dont les héros sont des animaux de compagnie aux supers pouvoirs ! Moi je dit : « banco ! ». Je ne sais pas s’il y aura une suite, mais si elle sort, c’est sûr que je me la procurerai ! Merci Naos :-)

 

~Kara

 

Advertisements

17 réflexions sur “Chronique n°102 : Horus&cie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s